SOCIÉTE : Péages, prix des aliments, prime d’activité… ce qui change en février

Le mois de février connaît son lot de changements et d’ajustements. Voici ce qui vous attend à compter du vendredi 1er février 2019.

● Hausse du prix des produits alimentaires

Une mesure de la loi alimentation entre en vigueur ce vendredi 1er février: les enseignes ne peuvent plus vendre à prix coûtant, c’est-à-dire sans marge, et le seuil de revente à perte est relevé de 10%. Ainsi, un produit acheté 1 euro par une enseigne ne pourra plus être vendu à moins de 1,1 euro. Or environ 20% du chiffre d’affaires des distributeurs était jusqu’ici réalisé avec moins de 10% de marge. Ainsi, chez Intermarché, 5% de l’assortiment affichera des hausses. Chez Carrefour, l’augmentation des prix sera en moyenne de 35 centimes. Le groupe Leclerc assure de son côté maîtriser cette inflation, qui ne se retrouvera pas sur tous ses produits. «Environ 3000 produits auraient dû augmenter mais, au 1er février, on aura réussi à juguler l’essentiel de la hausse. Restent 1000 produits qui augmenteront de 3%», assurait hier Michel-Édouard Leclerc, président des Centres E. Leclerc.

Selon l’Autorité de la concurrence, «l’effet inflationniste varierait entre 14 et 38 euros par an et par ménage». Ainsi, à titre d’exemple, l’huile d’olive d’un litre de Puget augmentera de 80 centimes, le pot de Nutella de 400 grammes de 16 centimes, ou encore la bouteille de Ricard s’achètera 1,32 euro de plus qu’aujourd’hui. Le but de cette mesure, pour de nombreux produits, est de mieux rémunérer les agriculteurs, assure le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation Didier Guillaume.

Ainsi, pour contourner ces hausses de prix, les supermarchés déploient différentes stratégies: promotions ciblées, amélioration des cartes de fidélité, ou tombola avec des produits à gagner.

● Hausse des tarifs de péage et baisse pour les usagers réguliers

Comme souvent le 1er février, les tarifs aux péages changent. Ainsi, dès demain, les prix augmenteront de 1,8%; sujet hautement sensible en pleine crise des «gilets jaunes». Et si les concessionnaires ne reviendront pas sur cette hausse, ils ont tout de même promis un effort à leurs usagers réguliers. En effet, ces derniers pourront s’abonner pour bénéficier de 30% de réduction à partir de dix allers-retours par mois. Selon la ministre des Transports Élisabeth Borne, cela correspond à 29 euros de remise pour un automobiliste faisant l’aller-retour entre Metz et Verdun dix fois dans le mois. C’est un effort inédit, selon elle, qui se comptera en «dizaines de millions d’euros» pour les concessionnaires.

● La revalorisation de la prime d’activité débarque ce mois-ci

C’est une des annonces d’Emmanuel Macron du 10 décembre pour tenter d’enrayer la grogne des Français: la revalorisation de la prime d’activité. Celle-ci sera versée à partir du 5 février et son montant moyen est de 160 euros par mois. Pour la toucher dès le mois de février, il faut la demander avant ce 31 janvier à minuit. Et depuis l’annonce de cette revalorisation, les demandes ont explosé. En effet, «par rapport à l’an dernier, les demandes de prime d’activité ont été multipliées par six», confiait récemment au Figaro Christelle Dubos, la secrétaire d’État en charge de la pauvreté.

● Les tarifs réglementés du gaz en baisse de 0,73%

En février, le tarif réglementé du gaz diminue de 0,73%. Cette baisse s’inscrit dans les baisses successives qui s’étaleront jusqu’au mois de juin. En janvier, le gaz avait baissé de 1,9%. Il restera stable en mars, diminuera de 1,91% en avril, de 0,6% en mai puis de 0,45% en juin. Pour cause, le gouvernement avait demandé le 16 décembre à Engie de mener une «opération de couverture» sur les volumes de ventes aux tarifs réglementés, afin de garantir qu’ils n’augmentent pas sur cette période.

Avec AFP


Laisser un commentaire