Deux anciens policiers de la BRI ont été reconnus coupables jeudi de viols sur une touriste canadienne, commis le 23 avril 2014 dans les bureaux de l’ancien siège de la PJ au 36 quai des Orfèvres à Paris. 

Antoine Quirin, 40 ans, et Nicolas Redouane, 49 ans, ont été condamnés à 7 ans de réclusion criminelle et à payer 20.000 euros de dommages et intérêts à Emily Spanton, la victime. 

Dans une salle emplie de proches et de collègues policiers ont fusé des : « Courage, Antoine ! On t’aime, Nicolas ! ». Quant à Emily, elle a fait un signe de croix à l’énoncé du verdict. 

Le 23 avril 2014, après une soirée au pub d’en face, Emily, titubante, est entrée au 36 avec deux policiers. A 2h20, elle est redescendue en pleurs, sans collant ni lunettes, “en état de choc”, ont décrit les témoins. 

« Ils ont voulu du sexe avec moi que je ne voulais pas ». Elle décrira trois pénétrations, deux fellations imposées par quatre, puis trois hommes, dont l’un n’a jamais été identifié. 

Les policiers ont toujours clamé leur innocence. Selon eux, Emily Spanton aurait fait une fellation consentie à Nicolas Redouane, mais celui-ci aurait eu “une panne”. 

Puis, selon eux, elle est allée dans le bureau d’en face, en short, seins nus, où se trouvaient Antoine Quirin et un autre collègue. Elle aurait dansé, demandé à être prise en photo sous le ventilateur auquel était suspendu un string noir. 

Un SMS, envoyé le lendemain par un collègue des accusés, est venu ternir leur défense : « Suite à notre soirée arrosée, Antoine, Gamin et Nico ont monté une gonzesse au 36 pour la fourrer. Sauf qu’elle a déposé plainte pour viol… » 

L’issue du procès était incertaine en raison des imprécisions, des contradictions et du passé de la victime à la personnalité fragile. 

Les avocats des policiers vont faire appel de la sentence et vont faire une demande de libéré. 

Laisser un commentaire