L’accusé, habitant de Villeparisis, sera jugé pour « violence sur mineur ayant entraîné la mort sans intention de la donner ».

La cour d’assises de Seine-et-Marne, à Melun, juge à partir de ce mardi – durant quatre jours – Alexandre De Stercke, pour « violence sur mineur de moins de 15 ans ayant entraîné la mort sans intention de la donner ». Ce père de famille, âgé de 36 ans, est soupçonné d’être à l’origine du décès de son fils.

L’enfant, âgé de deux ans et demi, est mort le 15 décembre 2015, à Villeparisis. Ce jour-là, les pompiers interviennent au domicile qu’Alexandre De Stercke et sa nouvelle compagne Sophie R., âgée de 31 ans, partagent avec les trois enfants de l’accusé, âgés de 8 mois à 4 ans.

C’est la jeune femme qui appelle les secours. Elle se trouvait seule avec les enfants, lorsque le petit garçon de deux ans et demi, Loucas, est tombé du canapé et s’est cogné la tête par terre. L’enfant décédera peu après.

Des versions différentes

L’autopsie révélera la présence d’une fracture du crâne, de côtes cassées, de lésions viscérales profondes et de plusieurs impacts crâno-faciaux. Selon les experts, ces polytraumatismes résultent de plusieurs coups appuyés au niveau du crâne, du visage, du thorax et de l’abdomen.

Au cours de l’instruction, les enquêteurs apprendront de la bouche de la compagne que le père de famille avait, la veille du drame, donné des coups très violents à son fils, qui ne s’endormait pas. Sophia R., qui sera libre à l’audience, sera jugée par la cour d’assises pour « non-dénonciation de mauvais traitements ».

Elle et Alexandre De Stercke – qui comparaîtra détenu – ont livré des versions différentes des jours précédant le décès de l’enfant, s’accusant l’un l’autre.

D’après LP

Laisser un commentaire