Gilets Jaunes: Christophe Dettinger condamné à 1 an de prison FERME

Le verdict est tombé. Le boxeur Christophe Dettinger vient d ‘être condamné à 30 mois de prison dont 18 avec sursis

Le parquet avait requis trois ans de prison ferme, peine assortie d’une mise à l’épreuve d’un an avec obligation de travail et d’indemniser les victimes. Le Tribunal n’est pas allé dans le sens du parquet. Il a été condamné à versé 3000 Euros aux gendarmes.

Le maintien en prison est demandé, mais un aménagement de peine devrait lui être octroyé. Pendant une durée de 6 mois, il est interdit de manifester.

L’avocat s’exprime à la sortie de l’audience P1
L’avocat s’exprime à la sortie de l’audience P2

L’ex-champion de France de boxe Christophe Dettinger comparaissait ce mercredi devant le tribunal correctionnel pour “violences volontaires en réunion sur personnes dépositaires de l’autorité publique”. Le 5 janvier dernier, lors de l’acte VIII des Gilets jaunes à Paris, il avait été filmé en train de frapper violemment deux gendarmes. 

“J’espère qu’il sera jugé le mieux possible, pas qu’il serve d’exemple”, se disait le soutien Jérôme Rodrigues à Christophe Dettinger

L’ex-boxeur Christophe Dettinger a comparu devant le tribunal correctionnel de Paris ce mercredi. Il risquait jusqu’à 7 ans de prison et 100 000 euros d’amende.

Il comparaissait détenu

Christophe Dettinger, qui avait disparu après cette journée de manifestation, s’était finalement rendu le 9 janvier, après avoir enregistré et diffusé un message où il expliquait son geste.Dans cette vidéo, ce père de famille au casier vierge expliquait avoir “voulu se défendre” contre les violences policières, et avoir perdu ses nerfs après avoir “vu des gendarmes matraquer un jeune homme et une femme au sol”. C’est ce qu’il dira aussi lors d’une brève comparution le 9 janvier. Détenu depuis ce même jour, Christophe Dettinger s’était vu refuser sa demande de remise en liberté. Il avait assuré les larmes aux yeux qu’il “regrettait ses actes”. “Je ne suis pas fier de moi quand je vois ces images. J’ai trois enfants à élever correctement.”.

La femme du boxeur, Karine Dettinger, s’était exprimée pour la première fois il y a quelques jours pour prendre la défense de son mari.

C’est l’heure des comptes. Suite à presque trois mois de mobilisation des gilets jaunes, le Premier ministre Édouard Philippe a dressé un bilan mardi devant l’Assemblée nationale. La justice aurait ainsi prononcé près de 1 800 condamnations depuis le début du mouvement. 1422 personnes sont encore en attente de leur jugement : parmi elles, des figures du mouvement. Eric Drouet comparaît vendredi. En attendant, c’est Christophe Dettinger « le boxeur » dont le procès s’ouvre ce mercredi. Il est jugé en comparution immédiate pour avoir frappé des gendarmes à Paris le 5 janvier dernier, lors du huitième samedi de mobilisation des gilets jaunes. 

Laisser un commentaire