• Martin Pennica a disparu dans la nuit du 18 au 19 janvier après une boîte de nuit.
  • Ce mercredi, la police a démenti la rumeur de la camionnette blanche vue autour d’établissements de nuit.
  • Comme d’autres étudiants, la thèse d’une noyade dans le Garonne est envisagée.

Cela fait maintenant presque 1 mois que Martin Pennica a disparu. Ce jeune homme, originaire de la Réunion et interne en ORL à Bordeaux, n’a plus donné signe de vie depuis la nuit du 18 au 19 janvier. Cette nuit-là vers 5h du matin, il est aperçu pour la dernière fois à proximité de la boîte de nuit, Le Cercle, rue Esprit des Lois, où il a fait la fête. Selon des témoins, il se dirigeait alors vers les quais de la Garonne.

Très rapidement ses proches s’inquiètent de sa disparition. L’association des internes des hôpitaux de Bordeaux lance un appel sur Facebook dès le dimanche avant que la police diffuse à son tour un appel à témoins le lundi suivant. Ses proches et sa famille collent également des affiches dans les rues de la ville pour essayer de le retrouver le plus vite possible.

La police dément la rumeur de la camionnette

Malheureusement, à ce jour, tout le monde reste sans nouvelle du jeune homme de 24 ans. « Aujourd’hui, nous n’avons pas plus d’informations sur sa disparition. Ce que je peux vous dire c’est que Martin Pennica était apprécié de tous ici. Il était parfaitement intégré à l’internat. Tout le monde était un peu sous le choc sur le moment. Il y a beaucoup de tristesse », explique un membre de l’association étudiante.

De son côté, la police de Bordeaux a vite démenti la rumeur d’une camionnette blanche vue ce soir-là autour de plusieurs boîtes de nuit pour proposer à des jeunes de les raccompagner. Cette piste semble clairement abandonnée. Le parquet affirme de son côté n’avoir « aucun nouvel élément à communiquer » et que « l’enquête se poursuit pour le retrouver. »

Noyade dans la Garonne ?

Ses parents auraient rejoint la métropole depuis sa disparition pour tenter de retrouver leur fils, rapporte ipréunion.​ Mais au fil des jours, l’espoir se fait de plus en plus mince. Même si aucune piste n’est privilégiée aujourd’hui par les enquêteurs, celle de la noyade dans la Garonne semble la plus probable pour ses proches selon nos informations. En effet, cette disparition en rappelle d’autres à Bordeaux.

La dernière en date, celle de David Ange Zotchi en 2017. Cet étudiant togolais avait lui aussi disparu après une soirée en boîte de nuit dans le quartier des Chartrons en décembre. Son corps avait été retrouvé dans les eaux tumultueuses de la Garonne, au niveau d’Ambarès-et-Lagrave un mois plus tard.

Laisser un commentaire