Le Procureur requiert 3 ans d’emprisonnement pour Christophe Dettinger

INFO RADIO CAPITOLE

Le parquet vient de requiert à l’encontre de Dettinger une peine d’emprisonnement de 2 ans ferme et 1 an avec sursis.

L’atmosphère est électrique dans la salle bondée du tribunal correctionnel de Paris. Le « boxeur », cheveux ras et fine moustache, a les traits tirés. Sur les bancs de la défense, ses avocats ont reçu le renfort d’Henri Leclerc, doyen des pénalistes et inlassable défenseur des libertés.

L’ancien boxeur professionnel Christophe Dettinger, qui s’en est pris le 5 janvier à deux gendarmes en marge d’une manifestation des “Gilets jaunes” à Paris, s’est défendu mercredi d’être un “casseur de flic”, lors d’un procès tendu.

Jugé pour violences volontaires en réunion sur personnes dépositaires de l’autorité publique ayant notamment entraîné une incapacité temporaire de travail supérieure à huit jours, il encourt une peine maximale de cinq à sept ans de prison.

“Je suis là pour payer pour une erreur. La seule chose que je ne veux pas c’est qu’on dise que je suis un casseur de flic, un lyncheur, un tueur”, a déclaré cet ancien champion de France lourd-léger (2007-2008).

Les larmes aux yeux, Christophe Dettinger s’est longuement expliqué lors de l’audience, au tribunal correctionnel de Paris. L’homme a reconnu les faits mais souhaite changer l’image qui a été dépeinte de lui jusqu’ici.

“Je suis là pour payer l’erreur que j’ai faite mais je ne veux pas qu’on dise que je suis un casseur, un tueur de flics. J’ai fait une grosse erreur que je regretterais toute ma vie”, a-t-il soutenu à la barre.

“J’ai juste un souhait ce soir, rentrer chez moi avec ma famille. Quand je me vois taper sur le gendarme au sol, j’ai honte de moi”, a ajouté le prévenu, la voix chargée d’émotion.

Le procureur a requis trois ans d’emprisonnement, soit deux ans ferme dont un avec sursis, assorti d’une mise à l’épreuve avec obligation et maintien en détention. 

Plus d’info à venir

Laisser un commentaire