Une auxiliaire de vie a comparu mercredi devant le Tribunal pour avoir fait manger des tartines au Lexomil à une jeune femme handicapée à Castelnau-le-Lez, dans l’Hérault, dont elle avait la charge. 

C’est l’une des amies de la victime qui avait alerté les gendarmes après avoir découvert par hasard dans le micro-onde une tartine de confiture où étaient placés huit cachets du médicament. 

Des analyses capillaires avaient été pratiquées et ont révélé la présence de molécules corroborant une absorption massive de l’anxiolytique. 

Cette intoxication aurait aggravé la maladie neuro-dégénérative de la victime handicapée à 100 %. 

La patiente avait d’ailleurs dû être hospitalisée dans un état préoccupant à l’automne 2017, après avoir ressenti une intense fatigue. 

L’accusée, qui souffre de dépression, a fondu en larmes lors de son procès. Déjà jugée pour avoir volé des chèques à des personnes vulnérables, elle a été condamnée mercredi à trois ans de prison. 

Laisser un commentaire