INSOLITE JUDICIAIRE: Bien qu’impuissant, il est condamné pour viols

Le Tribunal de la Sarine a balayé la ligne de défense d’un curateur qui avait abusé d’une pupille, estimant que le mal dont il souffre est apparu progressivement.

«Mon client est impuissant.» C’était l’argument massue avancé la semaine passée par Me Joao Lopes. Sous-entendu, il ne peut pas avoir violé la femme dont il devait défendre les intérêts en sa qualité de curateur.

Le Tribunal de la Sarine a cependant jugé mardi que cette impuissance était apparue graduellement depuis 2011. Or c’est de 2000 à 2013 que le sexagénaire a abusé de sa pupille. Pour les juges, les déclarations de la victime ont été «constantes, cohérentes et crédibles». Elle a donc bel et bien subi les assauts de celui en qui elle avait confiance, a estimé la Cour.

Lire notre article en relation : Suisse- Un éducateur jugé pour viol : Il se défend en plaidant l’impuissance

Même si les viols d’avant 2004 sont aujourd’hui prescrits, l’homme a été condamné à 3 ans de prison, dont 1 an ferme, pour l’ensemble des actes qui lui sont reprochés. Car le sexagénaire s’est aussi servi dans le maigre pécule de sa pupille à l’AI, ainsi que sur les comptes d’une deuxième personne, un homme, dont il gérait aussi les intérêts.

«Aucun scrupule»

En condamnant cet homme pour viol, contrainte et abus de confiance qualifié, les juges ont estimé qu’il «avait fait preuve d’un mépris caractérisé. Il a humilié sa victime, sans défense. Il n’a eu aucun scrupule, pas de remord, pas de prise de conscience. Il a agi par pur égoïsme, pour assouvir ses pulsions sexuelles.»

Le Tribunal a estimé à environ 70’000 francs le total des montants soustraits, soit 15 à 20% de moins que ce qu’avançait l’accusation. Comme l’homme était curateur officiel, le canton de Fribourg se voit réclamer plus de 100’000 francs par les avocats des deux pupilles lésés.

Un appel de la défense est possible.

Laisser un commentaire