Le Français était jugé, avec son co-détenu Nacer Bender, pour l’attentat qui avait fait 4 morts en 2014. Il encourt la réclusion à perpétuité.

Mehdi Nemmouche a été reconnu coupable de 4 “assassinats à caractère terroristes” ce mercredi par la cour d’assises de Bruxelles pour l’attentat du musée juif de Bruxelles en 2014, qui avait fait quatre morts. Durant les deux mois de procès, il n’a eu de cesse de plaider son innocence, en brandissant des thèses complotistes.

56 questions de culpabilité

Les douze jurés et trois magistrats professionnels, qui ont commencé leurs délibérations mardi à la mi-journée, ont du répondre à un total de 56 questions sur la culpabilité des deux accusés.

La cour doit maintenant se prononcer dans un deuxième temps sur les peines. Le parquet fédéral belge a requis la condamnation et il encourt la réclusion à perpétuité.

Ce Français de 33 ans était accusé d’avoir tué de sang-froid en moins d’une minute et demie le 24 mai 2014 Miriam et Emmanuel Riva, un couple israélien, Alexandre Strens, 26 ans, et une bénévole française de 66 ans, Dominique Sabrier.

Soi-disant piégé par le Mossad, l’Iran et le Liban

Durant l’audience, il a nié une quelconque implication, affirmant avoir été “piégé”, sans plus d’explications, reprenant mot pour mot la thèse de ses conseils, qui a été jugée invraisemblable par les autres parties au procès.

Pour ses avocats, la tuerie n’est pas un attentat de Daesh, au sein duquel l’accusé a combattu entre janvier 2013 et février 2014. Il s’agit, affirment-ils, “d’une exécution ciblée d’agents du Mossad” (les services secrets israéliens), dans laquelle de supposés agents des services libanais ou iraniens auraient impliqué Nemmouche à son insu.

Cette thèse d’une implication du Mossad vise les époux israéliens Riva, premières personnes abattues au Musée juif. Les avocats de la famille Riva ont vivement protesté qu’on présente les deux touristes comme des agents secrets, dénonçant “un scandale absolu”.

Au total, l’accusation avait recensé “23 éléments de preuve” accablant Mehdi Nemmouche, dont sa morphologie correspondant à celle du tireur, observée sur la vidéosurveillance du musée.

avec AFP

Laisser un commentaire