Un homme de nationalité algérienne, avait été découvert mort mercredi après-midi dans un appartement du centre lyonnais. La  seconde victime a été retrouvée à Lyon, blessée mais vivante. 

Trois mineurs ont été arrêtés à Valence en Espagne, soupçonnés d’être impliqués dans un meurtre à Lyon dont une vidéo sordide avait été diffusée sur les réseaux sociaux, ont annoncé ce mardi les autorités espagnoles.

Le préfet de la région de Valence (dans le sud-est du pays) a confirmé à la presse les arrestations de ces trois personnes mais a refusé de livrer des détails sur leur identité, âge ou nationalité. “Il s’agit de mineurs et l’enquête est toujours en cours”, a dit Juan Carlos Fulgencio. 

“Des policiers français se déplacent en ce moment même” vers l’Espagne, a-t-il ajouté.

La seconde victime retrouvée vivante

Le 5 mars, en France, un homme avait appelé la police pour l’avertir qu’il venait de voir sur les réseaux sociaux une vidéo montrant un de ses amis se faire poignarder. 

Les pompiers avaient ensuite découvert, dans le quartier de la Croix-Rousse à Lyon, le cadavre d’un homme “pieds et poings liés”, de nationalité algérienne. L’autopsie avait révélé “une soixantaine de plaies par arme blanche”, selon le parquet de Lyon qui a ouvert une enquête pour “meurtre précédé, accompagné ou suivi d’actes de torture commis en bande organisée”.

Un autre homme, un Algérien de 28 ans apparaissant blessé dans la vidéo, a été identifié et entendu par les enquêteurs français. “Il présente de nombreuses blessures mais ses jours ne sont pas en danger”, avait souligné le parquet dans un communiqué publié le 7 mars. La police française avait appelé à ne pas relayer la vidéo du crime qui circulait toujours sur internet.

Lundi, une information judiciaire a été ouverte par le parquet lyonnais pour “meurtre précédé et accompagné d’actes de tortures et de barbarie commis en bande organisée” pour la première victime et “d’actes de tortures et de barbarie commis en bande organisée” pour la seconde, a indiqué mardi soir le procureur de la République de Lyon, Nicolas Jacquet, dans un communiqué.

Des chaussures tâchées de sang et des coupures

Selon le magistrat les trois mineurs “de nationalité algérienne” détenus en Espagne, pourraient correspondre aux suspects pour lesquels “trois mandats d’arrêt européens” ont été délivrés.   

D’après le journal local Levante-EMV, les trois mineurs ont été arrêtés le 7 mars à la suite d’un incident dans le métro de Valence où ils tentaient de voyager sans ticket. Quand les agents se sont rendus compte qu’il s’agissait d’un trio de mineurs étrangers non accompagnés, le parquet des mineurs a été saisi, selon ce journal. 

“Les policiers s’étaient rendus compte que les mineurs portaient des chaussures tâchées de sang et des coupures récentes aux mains”, a écrit Levante-EMV, selon lequel ils auraient pu être identifiés grâce à la vidéo postée sur les réseaux sociaux.

Le parquet de Lyon a également annoncé la mise en examen d’un autre mineur pour “non assistance à personne en danger et non dénonciation de crime” et son placement en détention provisoire.

Avec AFP

Laisser un commentaire