Suisse: Il viole ses proches en les droguant – 12 ans de prison

Ce sont des vidéos insoutenables: elles mettent en scène un homme avec sa fille, sa belle-mère, sa belle-sœur, des amies ou des voisines. Préalablement assommées avec des somnifères et de l’éther, elles ont dû subir des actes sexuels indescriptibles devant sa caméra. Ces mises en scène ont ensuite servi au quinquagénaire à assouvir ses penchants sexuels. Certains faits, anciens, sont prescrits.

Sur sa propre fille

Le procès s’est tenu depuis lundi à huis clos à Vevey (VD). L’homme a comparu détenu, il est en prison depuis octobre 2015. Les faits, admis pour l’essentiel, démontrent un scénario quasi identique. Des personnes de son entourage sont en totale confiance, dans l’appartement qu’il partage avec sa famille. C’est en cours de soirée que les victimes potentielles sont droguées. Sa femme est aussi mise hors d’état. Puis le quinquagénaire peut assouvir ses fantasmes, impliquant des fellations sur des personnes inconscientes, et des pénétrations.

Sa propre fille n’a pas échappé à ses perversions. Il lui a aussi administré des somnifères avant d’en abuser. Il se munissait d’un chiffon d’éther utilisé comme anesthésiant pour éviter qu’elle ne se réveille. Sa fillette a saigné à une reprise sous la violence des gestes de son père. Il l’a nettoyée et changé les draps.

Douze ans en prison

Ce catalogue de viols et d’abus a incité la procureure Camilla Masson à requérir douze ans de prison et un traitement psychiatrique ambulatoire. Le tribunal criminel l’a suivie. La cour a souligné la cruauté des actes: «Ces femmes ont été traitées comme des objets, des chiffons. Elles sont restées dans l’ignorance de ce qu’elles ont subi et se trouvaient dans l’incapacité de résister.» Elle a jugé la culpabilité du condamné comme «extrêmement lourde» et un risque de récidive de «moyen à élevé».

Le tribunal n’a pas pu ordonner un traitement institutionnel en milieu fermé contre le «prédateur sexuel» dont les remords et les excuses n’ont pas convaincu. Il a été reconnu coupable de nombreux crimes, dont l’inceste et le viol. Près de 125’000 francs sont à la charge du quinquagénaire, qui s’est aussi adonné à la zoophilie par le passé.

Laisser un commentaire