Belfort : un mineur mis en examen pour le meurtre de sa mère

En garde à vue, le jeune homme a décrit « un important conflit avec sa mère » ayant débouché sur « une dispute particulièrement violente ».

Un mineur et sa petite amie majeure ont été mis en examen vendredi et écroués après le meurtre, samedi à Belfort, de la mère du jeune homme, survenu au terme d’un « important conflit » familial, a-t-on appris de sources judiciaires.

Le mineur a été mis en examen pour « meurtre d’un ascendant » et sa petite amie pour « recel de cadavre et modification de l’état des lieux d’un crime ou d’un délit pour faire obstacle à la manifestation de la vérité », ont annoncé, dans un communiqué commun, les procureurs de la République à Montbéliard (Doubs), Carine Greff, et à Belfort, Eric Plantier.

Une « dispute particulièrement violente »

L’âge des suspects n’a pas été précisé. Selon la presse locale, ils seraient âgés de 16 et 18 ans. « Au regard de la qualification criminelle des faits », le parquet de Belfort s’est dessaisi au profit de celui de Montbéliard, a-t-on précisé de même source._

Le corps de la défunte, âgée de 42 ans, avait été découvert mercredi par ses parents, inquiets de ne pas avoir de ses nouvelles depuis quatre jours. Alertés, les policiers ont constaté la présence dans l’appartement de son fils et, « dissimulée » dans le logement, de sa « petite amie majeure ».

Le corps de la mère avait été « manifestement déplacé après sa mort » dans une pièce dont l’accès avait été bloqué. Lors de sa garde à vue, le jeune a décrit « un important conflit avec sa mère ayant conduit le samedi à une dispute particulièrement violente », ont indiqué les procureurs.

La « strangulation par câble » écartée

« La situation aurait alors dégénéré et le jeune homme aurait porté des coups à sa mère avant de l’immobiliser durant plusieurs minutes puis de constater son décès. Le corps aurait alors été remisé dans une pièce de l’appartement », selon les deux magistrats. Les magistrats ont infirmé « l’hypothèse d’une strangulation par câble », qui avait été relayée par la presse locale.

Bien que mise hors de cause par son petit ami, « les éléments de la procédure ont cependant conduit à apprécier différemment la situation de la jeune femme qui à ce stade de l’enquête » semble ne pas pouvoir être mise en cause dans le processus ayant conduit à la mort de la mère, « et est restée très évasive à l’occasion de ses auditions », ont souligné les procureurs.

Laisser un commentaire