Lorraine: un quadragénaire incarcéré, suspecté d’avoir proposé des relations tarifiées à des ados

L’individu, récidiviste, a été placé en détention alors qu’il est soupçonné d’avoir proposé des relations sexuelles tarifées à des adolescentes sur internet. 

Un quadragénaire de Meurthe-et-Moselle, déjà condamné pour viol et soupçonné d’avoir proposé des relations sexuelles tarifées sur un site de discussions destiné à des adolescents, a été incarcéré, a-t-on appris jeudi auprès de la gendarmerie de Lorraine.

Les activités de l’homme, inscrit au Fichier judiciaire automatisé des auteurs d’infractions sexuelles (FIJAIS), ont été découvertes en mars, dans le cadre d’une cyberpatrouille visant à lutter contre la pédophilie, relate dans un communiqué la gendarmerie de Lorraine. 

Propositions de relations sexuelles tarifées

Le suspect, résidant dans le nord de la Meurthe-et-Moselle, a été condamné il y a vingt ans “à une très lourde peine pour le viol par ascendant d’un mineur”, est-il précisé.

En se connectant sous le pseudonyme d’une fille sur un site de discussions destiné aux adolescents, un enquêteur du groupe cyber-investigation de la section de recherches de Metz a été “contacté à plusieurs reprises par un individu prétendant être trentenaire” pendant le mois de mars.  

L’homme “entame d’emblée la conversation en proposant des relations sexuelles tarifées” et, lors des échanges successifs, “se masturbe à plusieurs reprises devant le pseudonyme, caractérisant des faits de corruption de mineurs”, selon la gendarmerie.

L’enquête a été confiée par le parquet de Briey à la gendarmerie de Lexy, avec l’appui du groupe cyber de la section de recherches de Metz et d’un enquêteur “en charge de la criminalistique” de la gendarmerie de Moselle.

Les faits reconnus, mais minimisés

Identifié grâce aux investigations techniques, le quadragénaire a été interpellé lundi à son domicile et placé en garde à vue. 

Il a “fini par reconnaître les faits en en minimisant la gravité”, a résumé la gendarmerie, précisant qu'”à ce jour, (ses) activités de prédation semblent uniquement numériques”. Il a été mis en examen et placé en détention provisoire. 

Parallèlement, le parquet de Briey a effectué “des rapprochements (permettant) de faire le lien avec la dénonciation de trois autres faits de tentative de corruption de mineur, commis quelques mois plus tôt et dénoncés par les autorités canadiennes”, a indiqué la gendarmerie. 

“De nombreux supports informatiques (ont été) saisis et exigeront un lourd travail d’exploitation par la cellule d’investigation criminelle et numérique (CICN) de Moselle”, a-t-elle ajouté. 

Avec AFP

Laisser un commentaire