Corse : un septuagénaire condamné à 19 ans de prison pour viols et agressions sexuelles

Joseph Cassar a été condamné à 19 ans de prison par la cour d’assises de Corse-du-Sud, dont la moitié en peine de sûreté.

Ce vendredi, à la majorité, le jury de la cour d’assises de Corse-du-Sud a condamné Joseph Cassar à 19 ans de prison pour viols et agressions sexuelles sur cinq mineurs au moment des faits, qu’il hébergeait en tant que famille d’accueil. Une condamnation, assortie d’une peine de sûreté de 9 ans, qui va au-delà des réquisitions de l’avocate générale, qui avait demandé dans la matinée 18 ans de réclusion sans peine de sûreté, selon France 3 Via Stella.

Joseph Cassar, 75 ans, était jugé pour des faits de viols et d’agressions sexuelles entre 1992 et 2014 alors qu’il était le père d’une famille d’accueil, sa femme ayant l’agrément. Se présentant comme une victime, il a toujours qualifié les accusations qui pèsent sur lui de vengeance.

Suicide d’une des plaignantes

Malgré plusieurs signalements et plusieurs plaintes classées sans suite, ce n’est finalement qu’en 2014 que la machine judiciaire se remet en route après le suicide de l’une des personnes ayant déposé plainte, en 2012, contre Joseph Cassar pour des faits de viols. En 2015, un signalement du service de l’aide sociale à l’enfance (ASE) de Corse-du-Sud vient compléter ce dossier.

« Je n’ai jamais touché un môme », a répété plusieurs fois Joseph Cassar au cours de son interrogatoire de jeudi devant la cour d’assises de Corse-du-Sud. Mais le justiciable s’est montré soit incapable de répondre aux questions du président, soit s’est montré confus, ne se souvenant pas des prénoms des victimes pourtant appelées à la barre en début de semaine.

Joseph Cassar n’a pas réagi à l’énoncé de sa condamnation. La défense a 10 jours pour faire appel. Elle a déclaré se laisser un délai de réflexion avant d’en décider.

Laisser un commentaire