Fin de la trêve hivernale: reprise des expulsions pour des milliers de familles

En 2017, 126.000 décisions d’expulsion ont été prononcées, dont plus de 120.000 pour impayés locatifs.

Ce dimanche 31 mars marque, quelques jours après le début du printemps, la fin de la trêve hivernale et donc, après cinq mois d’interruption, la possible expulsion de leur logement de milliers de familles à la situation économique difficile.

Pendant cette “trêve” qui courait depuis le 1er novembre, un locataire ne pouvait pas être expulsé de son logement, sauf si un relogement décent était prévu pour lui et sa famille ou si les locaux faisaient l’objet d’un arrêté de péril. Des procédures d’éviction ont toutefois pu être lancées.

+49% d’expulsions depuis 2001

BFMTV est allé à la rencontre de Nadia, animatrice pour enfants à la Mairie de Paris, qui s’est déjà résignée à quitter le 60m² qu’elle loue un peu plus de 600 euros en compagnie de ses sept enfants. Le logement, insalubre, méritait quelques travaux cet hiver et cette dernière, ne pouvant pas assumer toutes les dépenses, n’a pu payer son loyer durant quelques mois. Ses valises, ainsi que celles de ses enfants, son prêtes en cas de départ précipité. 

Elle n’est pas la seule dans ce cas. A 81 ans, Monique a déjà reçu la visite des huissiers dans son appartement parisien qu’elle ne peut plus payer. Avec une dette locative de 50.000 euros, cette retraitée qui vit avec 1.200 euros par mois pour un loyer de 900 euros avoue “ne plus dormir”. 

“Je m’enfonce”, dit-elle, en racontant son “angoisse” de se retrouver à la rue. “Je me mettrais sur un banc et j’attendrais”, imagine-t-elle.

En 2017, 126.000 décisions d’expulsion ont été prononcées, dont plus de 120.000 pour impayés locatifs (+49% depuis 2001), selon le dernier bilan annuel de la Fondation Abbé Pierre (FAP). 

Les annonces du ministère du Logement

La même année, 15.547 ménages ont été expulsés avec le concours de la force publique, dernière étape si aucune solution n’est trouvée. “Un record historique”, déplore la FAP. 

“La multiplication des expulsions entre en contradiction avec la politique du ‘Logement d’abord’ affichée par le gouvernement”, estime la Fondation, en référence au plan de l’exécutif qui vise à favoriser l’accès direct au logement très social.

“Avec une augmentation de 46 % en 10 ans, ce sont au total près de 300.000 personnes qui ont été effectivement expulsées manu militari au cours de cette décennie”, relève la Fondation. En sachant qu’avant même l’intervention de la police, “bon nombre de ménages quittent leur domicile sous la crainte de la procédure ou la pression du propriétaire ou de l’huissier”, précise la FAP.

Mercredi, le ministère du Logement a annoncé que 6.000 places supplémentaires ouvertes pendant l’hiver, dont 1.400 à Paris, seraient pérennisées, portant à 145.000 le nombre de places d’hébergement pour les sans-abri ouvertes toute l’année.

Laisser un commentaire