Insolite : Des véganes veulent interdire les lapins de pâques

Pâques approche mais cette initiative-là, on ne l’avait pas vu venir: lancée en ligne depuis Lausanne, une pétition exige l’interdiction des lapins de Pâques. Publié jeudi dernier, le texte est pour l’instant relativement peu soutenu: on dénombrait un peu plus de 80 signatures dimanche en fin de journée. Il est signé par un «collectif vaudois antispéciste» anonyme qui n’a pas répondu à nos sollicitations par mail.

Il est précisé que durant la période pascale de nombreux aliments contenant des produits d’origine animale sont «imposés par l’industrie». Des œufs, bien sûr. Mais aussi des lapins, poules ou œufs en chocolat contenant du lait. Ou encore des «actions sur de la chair de petits agneaux ou cabris», peut-on lire.

Question d’exemplarité

Mais ce n’est pas le cœur de la pétition. Qui demande en fait l’interdiction des produits chocolatés pour une question d’exemplarité. «À Pâques, les étals croulent sous les lapins, les œufs, les poules ou poussins en chocolat. On distille et on impose alors aux enfants dès leur plus jeune âge l’idée déplorable qu’il est normal et même souhaitable d’exploiter et de manger des animaux», est-il souligné. Il est encore précisé que les chocolats proposés lors de la période pascale pourraient aisément revêtir d’autres formes, «par exemple des cloches».

Du côté de Coop et Migros, on n’entre pas en matière: chacun est libre de choisir ce qu’il souhaite ou pas dans l’assortiment proposé, indiquent en somme les deux géants. «Et nous proposons une gamme de chocolats véganes», ajoute Thierry Gnou, porte-parole de Migros.

Et pourquoi pas Noël?

Mais l’idée fait-elle l’unanimité chez les antispécistes? Apparemment pas. «Je ne crois pas que cette proposition a la moindre chance d’aboutir. Et lorsqu’on parle souffrance animale, je ne pense pas que ce thème soit prioritaire…», ironise Tom Pea, porte-parole de l’association PFS (Pour la Fin du Spécisme), à Genève. Qui note cependant: «toute occasion de discuter de l’exploitation des animaux est par contre bonne à prendre. Avec ses œufs ou lapins, Pâques peut en être une.»

On verra cette semaine si la pétition pour bannir les lapins chocolatés engrange des adeptes. En attendant on dénombre pour l’instant une vingtaine de commentaires laissés en ligne. Certains jugent l’idée intéressante. D’autres la tournent en dérision. «Et pourquoi pas interdire Noël tant qu’on y est?», a glissé un internaute. «Ça sauverait des millions de dindes. Et stopperait l’insupportable… exploitation des rennes par le Père Noël».

Laisser un commentaire