Violences conjugales : Déménagement ou la prison pour l’homme violent

Woman in fear of domestic abuse

À Lorient, plusieurs fois violentée, menacée de mort, une femme a fini par porter plainte. Son bourreau devra déménager quand il sortira de prison.

Le 23 septembre dernier, la jeune Lorientaise dépose plainte pour des violences répétées de la part de son conjoint.

Traînée au sol, menacée de mort

Notamment le 21 août 2017. Il l’a traînée au sol en la tirant par les cheveux, l’a giflée à plusieurs reprises puis s’est saisi d’un couteau.

Il a dirigé la lame vers sa compagne en lui disant qu’il allait la tuer et se tuer ensuite. Depuis elle tente de le chasser de son appartement mais rien n’y fait.

« Du bout des lèvres »

Ce jeudi, devant le tribunal, le Lorientais a reconnu « du bout des lèvres » selon la présidente, son comportement. « On se prenait la tête mais pas de cette façon-là », a précisé celui qui avait demandé « deux, trois jours » à sa compagne pour quitter les lieux.

Aujourd’hui, le couple a renoué malgré la détention en cours du Lorientais. Le tribunal a infligé une peine de douze mois de prison dont six assortis d’un sursis avec mise à l’épreuve pendant deux ans. Il a interdiction de paraître au domicile de sa compagne. A sa sortie de prison, il devra se trouver un nouveau logement.

Source Ouest-france

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*