En janvier dernier, les pompes funèbres ont ramené au domicile de la famille le corps d’une autre femme décédée.

Morte la veille à l’hôpital, le corps d’Odette devait être ramené à son domicile à Saint-Victor, dans l’Allier, le 18 janvier dernier. Mais au moment d’ouvrir la housse, son fils s’est rendu compte qu’il ne s’agissait pas du bon corps, rapporte ce samedi le journal La Montagne.

Après avoir aidé à installer le corps sur le lit, l’homme a d’abord remarqué la robe rouge portée par la défunte, au lieu du pantalon donné le matin même. “Et en montant le regard jusqu’au visage, j’ai vu que ce n’était pas ma mère!”, raconte-t-il.

“Le personnel a dit au transporteur qu’il y avait deux corps à la chambre, un homme et une femme donc ils ont pris le corps féminin”, explique-t-il. 

Plainte contre l’hôpital et les pompes funèbres

Après cette erreur, le corps de sa mère a finalement été ramené quelques heures plus tard. Et les obsèques ont été organisées trois jours plus tard.

Interrogé par La Montagne, le directeur de l’hôpital assure que toutes les procédures ont été respectées, précisant qu’il existe une double identification avec un bracelet et une étiquette sur le tiroir de la chambre funéraire. Pourtant, le fils dit ne pas avoir vu ce bracelet quand il est venu voir sa mère à l’hôpital quelques heures après son décès.

A la suite de cette mésaventure, cet habitant de l’Allier a décidé de porter plainte à la gendarmerie contre l’hôpital privé Saint-François où sa mère est morte ainsi que les Pompes funèbres générales.

Laisser un commentaire