Il leur réclame 87 000 dollars en justice pour ses films et magazines X qu’ils ont jetés pour le «bien de sa santé mentale».

L’affaire n’est pas banale. À tel point que même le procureur a refusé de poursuivre les parents après que leur fils les ait dénoncé au bureau du shérif pour avoir détruit sa collection pornographique.

Les faits remontent à 2016. Suite à son divorce, cet homme de 40 ans est retourné vivre temporairement chez ses parents, à Grand Haven, dans le Michigan. Pour payer son loyer, il effectue des tâches ménagères. Mais visiblement, la cohabitation se déroule mal puisque la police est appelée suite à un différend familial et, après 10 mois passés ici, le fils est sommé de quitter les lieux en août 2017, raconte la chaîne Fox17. En novembre de cette année-là, ses parents se rendent dans l’Indiana où il a déménagé, rapportant les affaires qu’il avait laissées derrière lui. Sauf qu’il a beau chercher, aucune trace de ses 12 cartonsde films pornographiques, ni des deux autres contenant sex toys et magazines X. Ses parents lui avouent les avoir détruits et que cela leur a d’ailleurs pris un bout de temps vu la quantité.

Le fils s’est donc tourné vers la police, détaillant toute sa collection si particulière disparue, l’estimant très précisément à 28 940,72 $. Selon lui, un certain nombre de ses films X avaient en effet de la valeur car totalement épuisés et les studios qui les ont produits ont fermé depuis 20 ans. Si le procureur a renoncé à poursuivre les parents, l’affaire a tout de même été portée au tribunal, le fils réclamant 86 822,16 $ à ses parents en dommages et intérêts.

Viré du lycée pour trafic de porno

Parmi les pièces au dossier figurent un échange de mails entre le fils et le père. Le premier écrit d’abord: «Si tu avais des problèmes avec mes affaires, tu aurais dû me le dire avant, je serais allé habiter ailleurs. Au lieu de cela, tu as choisi de te taire puis de te comporter de manière vindicative.» À quoi son père lui a répondu: «Crois-le ou non, l’une des raisons pour lesquelles j’ai détruit ta pornographie est afin de préserver ta santé mentale et émotionnelle. J’aurais agi de même si j’avais trouvé un kilo de crack.» Il rappelle également que son fils avait déjà à l’époque été viré du lycée pour avoir vendu du porno à d’autres étudiants. Il l’avait alors averti que s’il retrouvait du X à son propre domicile, il le détruirait. Il a tenu parole. 

Laisser un commentaire