Appel à témoins pour identifier un inconnu à l’hôpital de Dax

Retrouvé inconscient sur un parking, il n’avait pas de papiers sur lui. La police sollicite la population pour trouver son identité et sa famille.

Il a les yeux marron, les cheveux châtains, une barbe bien fournie ainsi que deux tatouages, que l’on dirait fait à la va-vite. Un cœur sur l’avant-bras, entourant les prénoms Florence et Francky, et une sorte de croix sur l’épaule. L’homme d’environ 55 ans a été retrouvé mardi inconscient sur un parking de Dax (Landes), dans le quartier de Sablar.

Faute de pouvoir l’identifier grâce à des papiers, la police a lancé ce mercredi un appel à témoins pour tenter de retrouver ses proches. S’il n’a a priori aucun signe de violences sur le corps, l’inconnu pourrait avoir fait un malaise, explique la police auprès de France Bleu. Placé en soins intensifs, son état de santé reste préoccupant. Il ne peut pour l’instant s’exprimer.

A part ses tatouages, peu d’éléments permettent donc à ce stade de faire avancer les recherches. Ses empreintes ne correspondent à aucune référence enregistrée dans les fichiers de la Justice.

-

L’avis de recherche lancé par la police de Dax.

La police appelle toute personne susceptible de le reconnaître ou de donner des informations sur ce qu’il s’est passé mardi à se rapprocher du commissariat de Dax, en appelant le 05 58 56 58 58.

L’an dernier, un appel de ce type avait permis de recueillir des informations sur une inconnue retrouvée pleine d’ecchymoses à proximité de la gare de Perpignan (Pyrénées-Orientales). Amnésique, elle s’était elle-même baptisée « Marie bonheur », comme un pied de nez à son destin. Une voisine avait reconnu son visage dans la presse, ce qui avait permis de retrouver son lieu d’habitation. L’identité de la septuagénaire n’a pas été divulguée dans la presse mais, mais, selon le journal L’Indépendant, elle se réapproprie peu à peu son passé oublié avec l’aide de professionnels.

Le mystérieux « Monsieur 13 août », accueilli dans un centre d’hébergement d’urgence à Marseille (Bouches-du-Rhône) durant l’été 2017, n’a lui toujours pas retrouvé son identité. Désormais hospitalisé en psychiatrie depuis près de deux ans, cet homme reste une énigme totale pour les policiers.

Laisser un commentaire