Le décès de la fillette de 7 ans à Granby a déclenché l’ouverture de trois enquêtes. 

Alors que la police mène son enquête, le gouvernement a aussi exigé des enquêtes de la part du CIUSSS de l’Estrie ainsi que de la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse.

Le ministre délégué aux Services sociaux, Lionel Carmant, a confirmé qu’un signalement avait été fait auprès de DPJ en avril et que plusieurs éléments laissaient croire à des failles dans le système qui ont mené jusqu’à cette situation dramatique: “Elle était connue à la DPJ depuis le plus jeune âge. On veut éclaircir ce qui s’est produit. Pourquoi cette enfant a été gérée de cette façon et pourquoi on est face à un résultat terrible aujourd’hui.”

Au lendemain du décès de la fillette, on apprenait que celle-ci avait été notamment ligotée avec du ruban adhésif et le chroniqueur Mario Dumont est même allé jusqu’à comparer son histoire à celle de la tristement célèbre Aurore l’enfant martyre.

Pour sa part, le directeur de la DPJ de l’Estrie, Alain Trudel, a appelé la population au calme: “La population appelle et injure le personnel, notamment la réceptionniste, qui n’a aucun rapport de près ou de loin avec les événements. J’appelle la population à demeurer calme. On comprend la colère, on comprend la frustration, on comprend très bien les émotions que vivent ces gens-là, par ailleurs il ne faut pas tout mettre dans un même amalgame.”

Lors d’une entrevue qu’elle a accordée à RDI, la grand-mère de la fillette a expliqué avoir tenté de convaincre la DPJ depuis 2015 qu’elle s’inquiétait pour la sécurité de l’enfant: “J’espère qu’elle ne sera pas morte pour rien. […] On a passé en Cour, on a tout fait pour essayer de les sortir de là. Il n’y a rien eu à faire, ils nous ont virés de bord. C’était juste sa parole à lui qu’ils prenaient.”

Un proche de la famille a même indiqué sur les réseaux sociaux qu’il avait tenté de faire part aux autorités de ses inquiétudes quant à la sécurité de la fille, et ce, à de multiples reprises: “On s’est battue dur comme fer. On a remué ciel et terre pour la sortir de là-bas, toute la famille (…) Elle est morte avec l’idée que maman grand-maman, grand-papa, oncles, tantes, cousins, cousines et amis, nous l’avions tous abandonné.”

Enfin, le ministre Carmant n’a pas caché que les récentes informations concernant cette sombre affaire l’avaient profondément bouleversé: “je suis outré par ce que j’ai lu ce matin. Je ne comprends pas comment une enfant qui a été retirée de l’école et dont les grands-parents ont tenté de signaler la situation n’a pas été prise en charge par le réseau.”

Laisser un commentaire