Meurtre de Julie, 23 ans, tuée par un prédateur sexuel : «Je savais qu’un jour mon fils tuerait quelqu’un»

Dans le cadre de l’enquête sur le meurtre de Julie Van Espen à Anvers, en Belgique, le suspect a avoué avoir tué l’étudiante de 23 ans. 

Steve B., 39 ans, avait été repéré grâce à la vidéosurveillance et a été interpellé lundi à la gare de Louvain. 

Quelques instants après son arrestation, le corps sans vie de la jeune femme a été repêché dans un canal, sous le pont Theunis à Merksem au Nord d’Anvers 

Steve B. était déjà très défavorablement connu des services de police. 

Il avait déjà purgé 4 ans et demi de prison entre 2004 et 2008 notamment pour des vols, des infractions routières, du recel et surtout le viol d’une femme. 

Puis il a été à nouveau condamné à 4 ans de prison pour un viol commis en 2016. Mais, suite à un imbroglio juridique, il n’a jamais purgé sa peine. 

Le père du suspect a témoigné et ce qu’il dit fait froid dans le dos : 

« Je suis dévasté. Je savais qu’un jour mon fils tuerait quelqu’un. J’avais prévenu tout le monde, du procureur au psychiatre. Mais ils l’ont laissé en liberté… » 

« Je pense qu’il est aussi un pur psychopathe. Après sa dernière condamnation à 4 ans, il s’est retrouvé à la rue avec son fils de 7 ans. Je ne comprenais pas pourquoi Steve n’était pas en prison. » a-t-il rajouté. 

Laisser un commentaire