L’homme, placé en garde à vue depuis lundi après les plaintes de trois femmes, nie les faits qui lui sont reprochés.

Le directeur de la Maison des associations de Strasbourg (Bas-Rhin) a été convoqué lundi matin au commissariat de police puis placé en garde à vue, rapportent les Dernières Nouvelles d’Alsace.

Relevé de ses fonctions depuis le 1er avril, cet homme âgé de 54 ans devait s’expliquer devant les enquêteurs de la sûreté départementale du Bas-Rhin sur des faits présumés de harcèlement et d’agressions sexuels.

Les plaintes émanent de trois femmes, une ex-stagiaire, une ancienne salariée et une chargée de projet toujours en poste dans cette structure associative.

Une expertise psychiatrique

Après avoir révélé les faits en interne à l’été 2018 et saisi l’Inspection du travail, les plaignantes avaient décidé de porter plainte au pénal et devant le conseil de prud’hommes.

Confronté à deux des trois plaignantes, le directeur aurait nié les faits de harcèlement et juste admis « des maladresses », selon Rue 89 Strasbourg.

L’homme doit subir une expertise psychiatrique ce mardi et être confronté à la troisième plaignante dans cette affaire sensible.

Laisser un commentaire