Le corps sans tête d’une jeune femme avait été retrouvé le 13 avril 2018 par un promeneur dans le Neusiedler See, un lac peu profond, entre l’Autriche et la Hongrie. 

Des tests ADN ont été pratiqués et ont révélé l’identité de la victime qui était une prostituée de 28 ans. 

L’enquête a démontré que le 29 mars 2018, soit 2 semaines avant la macabre découverte, elle avait rendez-vous avec un client. 

Ce sexagénaire a été retrouvé et a été interpellé. En garde à vue, il a avoué avoir tué la jeune femme à son domicile de Vienne, en Autriche, suite à un différend concernant le prix et les prestations attendus. 

Il a ensuite démembré le corps de sa victime puis il a cuisiné un goulasch avec sa chair qu’il a ensuite congelé pour “y goûter peut-être un jour”. 

Il s’est ensuite débarrassé des restes dans le lac. 

L’homme de 64 ans a été condamné mercredi à la prison à vie. Il avait déjà passé trente ans derrière les barreaux notamment pour des crimes sexuels à caractère sadique. 

Son avocate, Astrid Wagner, a annoncé son intention de faire appel, soulignant qu’il n’y avait pas eu de préméditation. “S’il n’y avait pas l’histoire dégoûtante du démembrement et du goulasch, ça aurait été une affaire banale”, a-t-elle avancé avec aplomb. 

Laisser un commentaire