Affaire Vincent Lambert: après la reprise des traitements, que va-t-il se passer?

Après la décision de la cour d’appel de Paris lundi soir, les avocats des parents Lambert vont vérifier ce mardi matin que les traitements de Vincent Lambert ont bien repris.

Lundi soir, dans un véritable coup de théâtre, la cour d’appel de Paris a relancé l’alimentation de Vincent Lambert, au moins jusqu’à ce que la CIDPH (convention internationale des droits des handicapés) se prononce sur le fond de son dossier. La sédation de cet homme, tétraplégique depuis 10 ans, avait commencé lundi matin au CHRU de Reims, après plusieurs décisions de justice demandant l’arrêt des traitements. 

Vérifier que les traitements ont repris

La cour d’appel de Paris a “ordonné à l’État français (…) de prendre toutes mesures aux fins de faire respecter les mesures provisoires demandées par le Comité international des droits des personnes handicapées le 3 mai 2019 tendant au maintien de l’alimentation et de l’hydratation” de Vincent Lambert, selon la décision de justice, consultée par l’AFP.

Les avocats des parents Lambert sont attendus ce mardi matin au CHRU de Reims pour vérifier la reprise, au moins provisoire, des traitements de Vincent Lambert.

Une “décision provisoire” d’une durée de six mois

Ce dernier est donc de nouveau alimenté, et la question de la fin de sa vie ne pourra être reposée qu’à la suite de la décision de la CIDPH. Me Jean Paillot, avocat des parents, a d’ailleurs souligné ce mardi qu’il ne s’agissait que d’une “décision provisoire” d’une “durée de six mois, permettant au comité de l’ONU d’étudier le dossier”.

François Lambert, le neveu de Vincent Lambert – qui réclame l’arrêt des traitements – a de son côté évoqué auprès de l’AFP un possible pourvoi en cassation du CHRU. Lui voit dans ces nombreux recours “du sadisme pur” pour son oncle.

L’hôpital de Reims avait déjà lancé puis stoppé deux procédures d’arrêt des soins: l’une portée par le docteur Eric Kariger en 2013, l’autre par son successeur, le docteur Daniela Simon en 2015.

Laisser un commentaire