Pendant plus d’un an, le prévenu suivait les déplacements de son ex-compagne via une application. 

Un trentenaire originaire de la région de Lorient dans le Morbihan a été condamné à huit mois de prison avec sursis, accompagnés d’une obligation de soins et d’indemnisation de son ex-compagne à hauteur de 3500 euros souligne Ouest-France.

Les faits qui lui sont reprochés remontent à juillet 2018, lorsqu’il est interpellé pour avoir pendant près d’un an “traqué” sa victime à l’aide d’un GPS installé sur le véhicule de cette dernière. L’installation, grâce à laquelle il pouvait suivre ses déplacements par le biais d’une application, avait été découverte par hasard, après une crevaison et la femme de 33 ans s’était alors immédiatement rendue dans un commissariat local, qui avait ouvert une enquête. Identifié, l’homme était rapidement passé aux aveux.

“Pas pour lui faire du mal”

Devant le tribunal, l’ex-conjoint tente bien de se défendre, assurant qu’il avait “peur de la perdre” et que l’espionnage servait à le rassurer. 

“J’étais très attaché à elle, je payais encore des factures, des vacances pour sa fille… Je voulais savoir où elle était, si elle ne profitait pas de moi. Ce n’était pas pour lui faire du mal”, a-t-il encore expliqué. 

Une défense qui n’a pas convaincu le tribunal. “Ce dispositif extrêmement intrusif. Et le fait de lui payer des vacances ne vous octroyait pas le droit de la pister, de la traquer”, a d’ailleurs conclu la procureure. La justice lui a formellement interdit d’entrer en contact avec la justice. 

Laisser un commentaire