Le tribunal correctionnel de Verviers a condamné vendredi un Disonais de 32 ans à une peine de 30 mois de prison avec sursis probatoire pour attentats à la pudeur commis entre 2013 et 2015 sur sa belle-fille alors âgée de 8 ans.

Ces faits ont été révélés par la victime alors que cette dernière demandait à sa grand-mère pour pouvoir consulter un psychologue. Le prévenu s’introduisait de nuit dans la chambre de l’enfant, la réveillait, la déshabillait avant de lui lécher le sexe alors qu’elle n’avait que 8 ans. Ces faits se sont répétés à plusieurs reprises durant deux ans, tant sous le toit du prévenu que lorsqu’il dormait chez la mère de la victime.

Le prévenu, en aveux sur les faits de mœurs après avoir nié durant un an, n’a pu expliquer les raisons qui l’ont poussé à agir de la sorte. « Ce qui nécessite un gros travail sur soi-même et c’est aussi très inquiétant quant à son avenir et les contacts qu’il aura avec les enfants », avait d’ailleurs souligné le parquet de Verviers qui réclamait 30 mois de prison en raison de la gravité des faits et de l’effet dévastateur de ceux-ci sur la victime.

Le prévenu, qui a indemnisé les parties civiles, avait sollicité un sursis probatoire qui lui a été accordé. Un suivi psychosocial lui est en outre imposé.

Laisser un commentaire