Brésil: le Tribunal fédéral suprême criminalise l’homophobie

Le Tribunal fédéral suprême brésilien a décidé jeudi de criminaliser l’homophobie dans un pays où cette dernière s’accroît. Mais le Congrès y voit une entorse à la constitution et à ses droits. 

Le Tribunal fédéral suprême brésilien a pris une décision forte ce jeudi, a signalé le site du Monde, en criminalisant l’homophobie, inspirant cette nouvelle législation de celle pénalisant le racisme. La mesure, adoptée par huit voix contre trois, n’est cependant que provisoire. En effet, il faudra que le Congrès brésilien légifère lui-même pour graver le dispositif dans le marbre.

Il revient en effet aux deux chambres du Parlement de faire les lois. Mais le Tribunal fédéral brésilien s’est autorisé à prendre ses propres dispositions arguant de l’absence de réaction concrète des députés et sénateurs devant la gravité de la situation pour la communauté LGBT brésilienne.

387 meurtres au sein de la communauté LGBT en 2017

Selon les statistiques de l’ONG Grupo Gay da Bahia, le pays a enregistré 387 meurtres et 58 suicides au sein de la communauté en 2017, soit des chiffres 30% supérieures à ceux de l’année précédente. C’est un meurtre ou suicide toutes les 19 heures. Ce total fait du Brésil le pays comptant le plus grand nombre d’assassinats LGBT du monde. 

La présidence du Sénat a réagi via un communiqué à ce qu’elle voit comme un débordement de ses droits par le Tribunal fédéral suprême et une entorse aux siens: “La Constitution attribue au Congrès national la capacité de légiférer”. Si le Parlement semble respecter la décision établie, la présidence du Sénat poursuit en disant qu’elle ne “ne peut pas accepter l’interprétation selon laquelle le Parlement est en défaut, car il s’oriente en fonction du respect de la démocratie et de la pluralité des opinions”. 

C’est d’ailleurs la position des trois juges s’étant opposés à la criminalisation du vote par le Tribunal fédéral suprême. Cet épisode s’est déroulé sur fond de montée en tension de la classe brésilienne où les églises évangéliques tiennent désormais le haut du pavé, ayant de nombreux représentants au Congrès, tandis qu’un conservateur très controversé, Jaïr Bolsonaro, s’est imposé à la tête de l’exécutif. 

Laisser un commentaire