Lors de la reconstitution du meurtre, Jonathann Daval a reconnu avoir tenté de mettre le feu au corps de sa femme. Un élément qu’il avait toujours nié.

Un dossier qui a “profondément évolué”. La reconstitution du meurtre d’Alexia Daval a répondu aux questions que pouvait encore se poser la justice. “Jonathann Daval a finalement admis qu’il avait non seulement donné la mort à Alexia Daval et qu’il avait également procédé à cette crémation partielle du corps”, a expliqué le procureur de Besançon.

Pendant près de 7 heures, Jonathann Daval est revenu sur cette tragique nuit du 28 octobre. Le juge d’instruction, le greffier, le procureur,  le suspect, les parents de la victime, sa soeur et son beau-frère et leurs avocats se sont d’abord rendus au domicile du couple à Gray-la-Ville. Sur place, Jonathann Daval est revenu sur sa version des faits. Jusqu’alors, l’informaticien avait reconnu avoir étranglé sa femme au terme d’une dispute après une crise d’hystérie de la jeune femme”.

“La version des faits de Jonathann Daval a encore évoluée au cours de cette reconstitution”, insiste le procureur.

Dans ce huis-clos familial, le trentenaire a livré une nouvelle version: en rentrant d’un dîner de chez ses parents, Alexia Daval a souhaité avoir un rapport sexuel alors qu’elle suivait un traitement lié à son envie de grossesse. “Il a refusé ce rapport sexuel”, poursuit Etienne Manteaux, expliquant que Jonathann Daval a voulu quitter le domicile. Des premiers coups ont été donné dans les escaliers. “Dans un premier temps, il y a eu une empoignade au niveau du visage (…) il a frappé son visage sur un mur du béton”, a mimé devant le juge d’instruction relate le procureur.

Laisser un commentaire