Disparition Enzo : Mon fils a perdu la vie, je témoigne

 🔵 Le lundi 2 juillet 2018, Enzo Leupe, Coudekerquois de 14 ans, disparaissait en mer, au niveau de la jetée de Malo.

🔵 Le 6 juillet, un promeneur découvrait son corps, au soir d’une marche blanche organisée en son hommage.

🔵 Un an après le drame, sa maman Céline raconte cette semaine qu’elle et sa famille ont vécue début juillet 2018, et qu’elles n’oublieront jamais.

Le lundi 2 juillet 2018. Une date que la famille d’Enzo Leupe ne risque pas d’oublier. Malheureusement. À jamais. C’est le jour où ce jeune Coudekerquois de 14 ans a perdu la vie, près de la jetée de Malo. En mer.

Céline, sa maman, se souviendra toujours de ce jour qui a bouleversé sa vie et celle de ses proches. De cet instant où la police lui demande de venir au commissariat pour parler de son grand.

Sans en dire trop. La laissant dans l’expectative. « J’ai attendu plusieurs minutes, juste en me disant qu’ils le recherchaient », se souvient Céline, croyant que son fils avait fait une « bêtise » et qu’il s’était sauvé.

« On m’a demandé où il était, avec qui il était, des choses comme ça. Je leur ai dit qu’il était à la plage, avec ses copains. » Elle insiste pour en savoir plus. « Ils me disent qu’il était à la jetée, et là, j’ai commencé à comprendre. Ils m’ont sorti des affaires, une par une, me demandant si c’était bien à Enzo… »

Une fois partie du commissariat, Céline retrouve sa maman, chez elle. « Elle s’est effondrée… », souffle la mamie du jeune Enzo.

Quatre jours interminables

Les recherches durent plusieurs jours, une battue est même menée. L’attente est insoutenable. « C’est horrible. Surtout qu’on ne nous mettait au courant de rien ! », peste Céline.

Le 6 juillet, une marche blanche est organisée. 400 personnes se rassemblent pour rendre hommage à Enzo« Il y a eu beaucoup de soutien, cela a touché énormément de personnes. On a vu qu’on n’était pas seuls. »

Mais, dans la soirée, un promeneur découvre le corps du jeune, inanimé. L’espoir s’éteint. « Je pensais vraiment qu’il serait revenu, je me disais qu’il était quelque part, qu’il allait revenir… », confie sa maman.

Avant d’esquisser un léger sourire : « Mon frère et moi, on s’est dit qu’il était revenu pour la marche blanche, qu’il avait attendu qu’il y ait 400 personnes pour revenir ! C’est peut-être bête, mais on se tient à ça. »

Des questions sans réponse

Un an après le drame, Céline ne sait toujours pas vraiment ce qui s’est réellement passé.

« Enzo se serait débattu. On m’a dit qu’il était au mauvais endroit au mauvais moment, qu’il était au-dessus d’un tourbillon. Qu’il ne pouvait rien faire, rapporte-t-elle. Mais plus ça avance, plus je me pose des questions : s’est-il passé quelque chose ? On ne sait pas. Et comme il n’y a pas eu d’autopsie… »

En tout cas, les proches du jeune garçon sont sûrs d’une chose : Enzo n’a pas pu faire ce qui se racontait à l’époque.

De fausses informations ont circulé. « Des trucs incroyables ont été dits !, lâche la grand-mère. Non, il n’a pas sauté, il nageait ! Il n’est non plus allé à la pêche, il ne s’est pas non plus suicidé ! »

Difficile pour cette famille endeuillée de tourner la page. Peut-être ne pourra-t-elle jamais le faire. Pour ce triste anniversaire, la maman d’Enzo n’envisage pas de marche hommage : « Je ne veux pas retourner sur les lieux. Je ne vais plus à la plage, je ne sors pas beaucoup. Je vais faire mes courses, et c’est tout. »Thierry Marquis, responsable de la sécurité des plages : «On ne peut pas être partout…»

La saison de surveillance démarre le 1er  juillet (jusqu’au 1er septembre). Tout est en prêt ?

Oui, le dispositif des 11 postes est pratiquement en place. On reste quelques pharmacies à installer et les véhicules à déposer sur les sites. Mais le plus gros, c’est fait depuis début juin.

Le dispositif a-t-il changé par rapport à 2018 ?

Non, simplement, on a acheté des quads pour mettre au poste de secours digue des Alliés et un autre sur le poste de Bray-Dunes. Sinon, on a le même nombre de personnes : 90 CRS maître-nageurs et 90 maîtres-nageurs saisonniers (+5 par rapport à 2018, ndlr). Et l’amplitude horaire de surveillance est la même (10 h à 19 h).

Et à la jetée de Malo, là où Enzo Leupe a perdu la vie, la sécurité sera-t-elle renforcée ?

Non. Cet incident est malheureux et regrettable mais cette zone n’est pas surveillée. On a 15 km de plage en tout, dont 8 km de zone aménagée et surveillée ; ce qui est énorme ! Mais on ne peut pas être partout. Ce jour-là, on avait un vent de plein nord, bien établi et ils ont joué dans une zone dangereuse, malgré la signalétique.

Heureusement, ces drames sont rares sur le littoral…

Oui ! Mais on a beaucoup de début de noyades dont on ne parle pas. Les sauveteurs sont là et interviennent partout. Pour couvrir l’ensemble du périmètre, il faudrait multiplier l’effectif par deux.

Quels réflexes doit-on avoir si on voit quelqu’un en difficulté dans l’eau ?

D’abord, s’assurer de ne pas se mettre en danger si on intervient. Puis, interpeller un maximum de personnes autour de soi, et appeler le 15.

Source

Laisser un commentaire