Maine-et-Loire : En prison pour avoir tué sa femme à coups de latte de lit et de matraque

Un homme de 35 ans a été mis en examen et écroué vendredi pour coups mortels aggravés sur sa femme à leur domicile à Saint-Michel-et-Chanveaux (Maine-et-Loire) rapporte Le Courrier de l’Ouest.

Les faits seraient survenus mardi soir ou dans la nuit de mardi à mercredi au domicile du couple à Saint-Michel-et-Chanveaux, un village de 400 habitants au nord-ouest du Maine-et-Loire.

« Il a reconnu qu’il l’avait frappée violemment et longtemps à l’aide d’une latte de lit et d’une matraque télescopique. La victime était couverte d’ecchymoses sur les jambes et les bras. Elle présentait aussi un doigt cassé », a précisé Yves Gambert, qui attend les résultats des examens plus approfondis après l’autopsie.

Mercredi matin, le suspect, sans emploi et inconnu de la justice, avait prévenu lui-même les secours après avoir, dit-il, retrouvé son épouse, âgée de 33 ans, inconsciente dans son lit au lendemain d’une violente dispute à l’issue de laquelle, toujours selon lui, chacun serait parti se coucher de son côté.

Des détails à «recoller»

« Il y a beaucoup de détails à recoller. Sur l’heure du décès, les analyses du médecin légiste ne s’accordent pas avec les déclarations de l’époux. Mais celui-ci s’exprime très peu. Il n’a pas précisé le mobile », a ajouté le procureur de la République d’Angers.

Le fils unique de la famille, âgé de 10 ans, était présent dans la maison au moment des faits.

Selon les déclarations des proches, rapportées par le procureur, le couple, dont la relation remonte à 2003, avait connu de multiples ruptures. Il avait déménagé il y a seulement quelques mois de Loire-Atlantique pour s’installer dans le village où la victime poursuivait une activité de couturière à domicile.

L’auteur présumé des coups mortels a déclaré qu’il n’avait « jamais frappé sa compagne comme ça » avant le soir du drame. Le parquet n’a pas trouvé de traces de plaintes pour des violences précédentes.

Cent trente femmes sont mortes en 2017 en France sous les coups de leur compagnon, ex-conjoint ou petit ami, contre 123 en 2016, selon des données communiquées par le ministère de l’Intérieur.

Laisser un commentaire