Une petite cousine de Nordahl Lelandais a porté plainte contre lui au mois d’avril pour “agression sexuelle” et “menaces de mort”. Les faits remontent à mars 2017 lorsque l’adolescente était âgée de 14 ans.

Selon le site de BFMTV, une nouvelle victime présumée de Nordhal Lelandais a porté plainte en avril dernier. Il s’agit de sa petite-cousine. Elle l’accuse d’agression sexuelle et de menaces de mort. Les faits se seraient déroulés lors des obsèques du père de cette fille qui avait 14 ans à l’époque, en 2017. Lelandais lui aurait mis la main aux fesses puis à la poitrine en la menaçant : “Si tu dis quelque chose, je te tue.”

Elle a mis plusieurs mois à se confier à sa famille, plusieurs mois pendant lesquels cette jeune fille de 16 ans aujourd’hui a tu l’agression et les menaces dont elle accuse Nordahl Lelandais. Selon nos informations une petite cousine de Nordahl Lelandais a porté plainte contre lui au mois d’avril dernier pour “agression sexuelle sur mineur” et “menaces de mort”. Une enquête préliminaire a été ouverte.

Les faits présumés que Charlotte* dénonce se sont produits en mars 2017. L’adolescente vient de perdre son père, le jour de l’enterrement toute sa famille est présente autour d’elle et de sa mère. Nordahl Lelandais, cousin de cette dernière, qu’elle ne voyait qu’aux grandes réunions de famille, y compris. Pour souffler, l’adolescente, alors âgée de 14 ans, s’éloigne un peu de la maison, son grand cousin lui propose de l’accompagner. 

“On s’est éloigné sur le côté de la maison pour fumer, je pleurais forcément c’était l’enterrement de mon père, confie-t-elle toujours sous le choc de la scène. Il me prend dans ses bras, sauf qu’il descend ses mains. Je sens ses mains descendre dans mon dos, ses mains se mettent sur mes fesses, avec insistance.”

Menaces de mort

Charlotte repousse Nordahl Lelandais une fois. “Ensuite, il me touche la poitrine je le repousse encore”, décrit la jeune fille. Elle observe alors que le visage de son proche a changé, “un visage qui fait peur, avec un regard noir qui faisait vraiment peur”. Pour échapper à son cousin, Charlotte rejoint sa famille, c’est là que Nordahl Lelandais l’a menacée: “Il m’a dit ‘si tu dis quelque chose je te tue’.” Pendant plusieurs mois, l’adolescente, choquée, va rester sous l’emprise du trentenaire qui va lui envoyer des messages. 

“Fin mars, il a commencé à me renvoyer des messages et je lui ai répondu parce que j’avais forcément peur, souffle Charlotte. Il me demandait… il m’a dit c’est quand qu’on se marie, t’es ma petite bombe, que des choses comme ça.” Charlotte répond à ses SMS: “J’avais peur qu’il revienne, qu’il revienne pour me tuer tout simplement si je ne répondais pas.”

A l’époque, Charlotte ne sait rien du parcours criminel de son cousin. Les faits dont elle l’accuse se sont déroulés un mois avant la disparition d’Arthur Noyer, cinq mois avant la mort de Maëlys. C’est la double mise examen de Nordahl Lelandais pour des agressions sexuelles sur deux autres petites cousines de 4 et 6 ans durant l’été 2017 qui va conduire l’adolescente à tout révéler à sa mère: “J’ai appris pour ma petite cousine, je me suis dit qu’il était temps d’en parler, qu’il ne fallait plus que je le garde pour moi. Qu’il fallait que j’en parle parce que je ne pouvais plus le garder pour moi, c’était trop dur. A la fois, j’avais peur d’en parler.”

“Ce n’était pas normal”

Cette libération de la parole a pourtant été douloureuse pour Charlotte. “Ça a été très dur parce qu’une fois qu’elle en a parlé, elle s’est écroulée, ça n’a pas été, raconte Nathalie*, sa maman. Tant qu’elle a gardé ça pour elle, elle a été forte, elle a géré étonnamment l’enterrement de son papa, cette chose qu’elle gardait en elle. C’est vrai qu’une fois que l’affaire de sa petite cousine est sortie, là par contre, il fallait qu’elle parle, il fallait qu’elle raconte parce que ce n’était pas rien. Elle a compris que ce n’était pas rien ce qu’il s’était passé, que ce n’était pas normal.”

La mère de Charlotte, qui décrit son cousin comme quelqu’un de discret, réservé mais souriant lors des rares occasions où elle le croisait, s’en est voulue que sa fille ait dû garder ce secret pendant plusieurs mois: “J’ai tout fait pour cacher notre lien familial avec lui (Nordahl Lelandais, NDLR). (…) Je ne voulais surtout pas que mes enfants et moi-même soient reliés à cet individu.” Elle en veut à Nordahl Lelandais d’avoir “profité d’un moment pareil”, “le jour, le moment le plus horrible de la vie” de sa fille. “Il a été jusqu’à gâcher l’enterrement de son père”, l’accuse-t-elle.

Apprenant ce qui était arrivé à sa fille, Nathalie s’est d’ailleurs souvenue de cette soirée d’anniversaire où il avait voulu emmener Charlotte, alors âgée de 11 ans, faire une balade avec ses chiens. 

“Ce souvenir m’effraie parce que je me dis ‘mon dieu, si tu avais accepté qu’elle aille faire un tour avec lui, qu’est-ce qui se serait passé’, s’interroge Nathalie. Forcément on ne voit plus les choses de la même manière, connaissant les autres histoires, ça fait peur.”

Culpabilité

Charlotte, victime présumée, tente doucement de se reconstruire. La jeune fille de 16 ans vit toutefois toujours avec le poids de la culpabilité de ne pas avoir osé parler plus tôt. “Je regrette de ne pas l’avoir dit avant, ça aurait peut-être sauvé des personnes. Je regrette de ne pas avoir dit avant, parce que peut-être que la petite Maëlys justement elle n’aurait pas été morte à cette heure là. Je regrette aussi parce que mes petites cousines peut-être que ça ne serait pas passé également. Je regrette de ne pas en avoir parlé avant.”

Dès ses 16 ans, la jeune fille, soutenue par ses proches, a choisi seule d’aller porter plainte contre Nordahl Lelandais. Une démarche qu’elle fait en hommage à Maëlys, mais aussi pour ses deux petites cousines, trop jeunes pour témoigner. Charlotte espère aussi que cette nouvelle procédure contre l’ancien militaire, mis quatre fois en examen, fera connaître toute la vérité sur les agissements de Nordahl Lelandais.

“Peut-être que ça va encourager les personnes, s’il a fait quelque chose à quelqu’un qui est encore vivant, je pense que ça va les encourager à le dire également, ça va peut-être les aider à avoir la force d’y aller et de le dire”, conclut-elle.

Les prénoms ont été modifiés.

D’après BFM

Laisser un commentaire