Vincent Lambert: un nouveau recours des parents rejeté par le tribunal

Le tribunal administratif de Châlons-en-Champagne a rejeté un nouveau recours en urgence des parents de Vincent Lambert, patient en état végétatif, dont les traitements ont été arrêtés cette semaine, selon une ordonnance.

Le tribunal administratif de Châlons-en-Champagne a rejeté un nouveau recours en urgence des parents de Vincent Lambert, patient en état végétatif, dont les traitements ont été arrêtés cette semaine, selon une ordonnance.

“Le centre hospitalier universitaire de Reims et le docteur Sanchez ne sauraient être regardés comme commettant une illégalité manifeste”, peut-on lire dans la décision datée du 3 juillet.  Le tribunal administratif de Châlons-en-Champagne a donc rejeté le nouveau recours des parents de Vincent Lambert, dont les traitements ont été arrêtés cette semaine. 

Le médecin de ce patient tétraplégique en état végétatif depuis plus de 10 ans, devenu le symbole du débat sur la fin de vie en France, a engagé mardi un nouvel arrêt des traitements, rendu possible le 28 juin par la Cour de cassation.
    
Les avocats des parents, opposés à l’arrêt des traitements, ont saisi en référé le tribunal le jour-même pour “enjoindre” au docteur Vincent Sanchez, au CHU de Reims et à la ministre de la Santé de “respecter le caractère suspensif du recours pendant devant le comité des droits des personnes handicapées de l’organisation des Nations unies”.

Le tribunal Administratif a rejeté le référé des parents, s’appuyant notamment sur l’arrêt de la Cour de cassation du 28 juin qui a cassé la décision de la cour d’appel de Paris “sans renvoi” devant une autre juridiction.

L’histoire d’une famille déchirée par des années de bataille judiciaire

Cette affaire est aussi l’histoire d’une famille déchirée par des années d’une tragique bataille judiciaire. Rachel Lambert est soutenue par six frères et soeurs et un neveu de Vincent, François Lambert, qui entendent mettre fin à cet “acharnement thérapeutique” et affirment que l’ancien infirmier avait pris position en ce sens. Vincent Lambert n’a toutefois pas laissé de directive anticipée.
    
Les parents, Viviane et Pierre Lambert, fervents catholiques et considérés proches des milieux intégristes, estiment, eux, que leur fils est handicapé et non “pas en fin de vie, ni un légume”.
    
La cour d’appel de Reims a par ailleurs rejeté le 28 juin un recours des parents, demandant de changer de tuteur pour transférer leur fils dans un établissement spécialisé, selon l’avocate de Rachel Lambert, tutrice. 

Avec AFP

Laisser un commentaire