Dans le cadre de l’enquête sur le meurtre de Prescillia retrouvée morte dénudée dimanche matin dans le cimetière d’Estagel, dans les Pyrénées-Orientales, une autopsie a été pratiquée. 

L’examen du corps a révélé que la jeune femme, qui venait d’avoir 18 ans, a été victime d’une agression sexuelle et poignardée à cinq reprises au cou, avant de succomber à une asphyxie. 

Le meurtre a eu lieu dans le cimetière entre 3H00 et 5H00 du matin. 

Pour l’instant, aucun suspect n’a été placé en garde à vue. Mais des analyses ADN sont en cours. Des gendarmes spécialisés en investigation criminelle ont ratissé le cimetière pendant huit heures pour faire des prélèvements. 

La victime, Prescillia, vivait avec sa mère et son beau-père à Estagel. Elle souffrait d’un déficit intellectuel et d’un handicap moteur léger. Samedi soir, elle s’était rendue au bal des pompiers du village, avant de disparaître subitement. 

Une centaine d’habitants ont déjà été entendus, mais leurs versions sont parfois contradictoires. Pour l’heure, les gendarmes ne disposeraient d’aucun témoignage déterminant. 

Laisser un commentaire