Un garçon de 12 ans a décidé de briser le silence à propos de l’enfer qu’il a subi au collège Françoise-Dolto, à Marly-la-Ville (Val-d’Oise). Le garçon a notamment subi du harcèlement et même des agressions sexuelles.

Dans une entrevue qu’il a accordée au journal Le Parisien, le garçon a expliqué: ” Ils font le jeu de l’olive. On prend quelqu’un et on cherche à lui mettre un doigt dans l’anus. […] Ça a été très douloureux, car très profond. Je saigne encore beaucoup “.

Le lendemain de cette agression, sa mère découvre qu’il se pratique à faire des noeuds avec le tuyau d’arrosage. La mère ne s’en doute pas, mais son fils a un plan funeste  derrière la tête.

Une plainte pour harcèlement, cyber-harcèlement, et agression sexuelle en réunion dans l’enceinte d’un établissement scolaire est déposée, puis trois des quatre élèves accusés sont exclus.

Mais voilà qu’après avoir subi des examens médicaux où on découvre que le garçon a subi des lésions suite à cette agression, celui-ci doit être hospitalisé, ce qui pousse plusieurs étudiants à lui envoyer des messages pour l’intimider comme “Bon débarras” et “Si tu reviens, tu vas voir ce qu’on va te faire”.

C’est ensuite la soeur du garçon qui commence à faire l’objet de menaces et son frère se sent directement coupable de cette situation: “Ils ont dit qu’ils allaient la sodomiser. Du coup, j’ai très peur parce qu’elle rentre au collège l’année prochaine. Je ne voudrais pas qu’elle subisse ça à cause de moi.”

Enfin, l’inspection académique a réagi en indiquant que tous les cas de harcèlement sont traités par les établissements: “On ne laisse pas un enfant victime de harcèlement sans l’aider, assure une porte-parole. À partir du moment où le cas est connu, le chef d’établissement prend en charge l’élève. Les parents sont tenus au courant.”

Toutefois, les parents du garçon jugent que ce ne fut pas du tout le cas pour leur fils.

Laisser un commentaire