Une fillette, âgée de 5 semaines, a été admise vendredi aux urgences d’un hôpital de Montpellier, dans l’Hérault. 

Le nourrisson résidant à Uzès, dans le Gard, se trouvait entre la vie et la mort à son admission. 

Les médecins ont relevé des traces suspectes sur le corps du nourrisson, “des blessures qui ne peuvent pas correspondre à un accident selon les praticiens” a indiqué la représentante du parquet de Nîmes. 

Selon les médecins, la petite fille a été victime du syndrome du bébé secoué. Ils sont très pessimistes quant à ses chances de survie. Ce sont eux qui ont donné l’alerte. 

Une enquête de flagrance pour “violences aggravées sur un mineur de moins de 15 ans” et “violences sur mineure avec une ITT supérieure à 8 jours” a été ouverte et confiée à la gendarmerie du Gard. 

La mère a été entendue mais remise en liberté pour être au chevet de son bébé. Elle a d’autres enfants, plus âgés. Elle était séparée du père biologique du nourrisson et vivait, au moment du drame, avec un nouveau compagnon. 

Laisser un commentaire