Johanna Blanes, 24 ans, violée et tuée : plusieurs ADN masculins retrouvés sur son corps

Dans le cadre de l’enquête sur le meurtre de Johanna Blanes, retrouvée violée et étranglée à mort dimanche dans un tunnel piétonnier sous une voie ferrée à Mont-de-Marsan, on apprend que plusieurs ADN masculins ont été retrouvés sur son corps.

Dans le cadre de l’enquête sur le meurtre de Johanna Blanes, retrouvée violée et étranglée à mort dimanche dans un tunnel piétonnier sous une voie ferrée à Mont-de-Marsan, on apprend que plusieurs ADN masculins ont été retrouvés sur son corps. 

L’une des empreintes génétiques découvertes a matché avec l’ADN de Hussein A., qui était fiché pour des violences commises en début d’année sur sa compagne. 

Cet homme est arrivé en France en 2016 et bénéficie d’un statut de réfugié. 

Lors de son interpellation, il avait dans sa poche la carte SIM de la victime. Le téléphone portable de Johanna a aussi été retrouvé dans son appartement où les trois autres suspects ont été interpellés. 

Les ADN de ces derniers ont été relevés et seront prochainement comparés à ceux retrouvés sur les lieux du crime. 

Comme le premier suspect, eux aussi nient leur implication dans cette affaire et préfèrent garder le silence. Leurs identités n’ont pas été clairement établies car ils ne pas très coopératifs. Au moins l’un d’eux serait en situation irrégulière sur le territoire français. 

Laisser un commentaire