Le principal suspect a prévenu la police et tenté de se suicider quand les forces de l’ordre sont arrivées sur place. La nuit du meurtre, il avait publié plusieurs photos du corps ensanglanté de l’adolescente sur les réseaux sociaux.

Samedi 13 juillet, Bianca Devins, 17 ans, se rendait à un concert dans l’état de New York accompagnée d’un homme qu’elle considérait comme son ami. Le lendemain matin, son corps a été retrouvé à côté d’une grosse voiture noire à Utica, sa ville natale. Selon les enquêteurs, la jeune femme a été égorgée par Brandon Clark, 21 ans, qu’elle avait rencontré sur internet, rapporte le New-York Times. C’est le principal suspect qui a prévenu la police dimanche matin. À l’arrivée des forces de l’ordre aux alentours de 7 heures du matin, il s’est poignardé à plusieurs reprises dans le cou. Gravement blessé, il devrait tout de même survivre.

L’affaire choque car Brandon Clark a publié le soir du meurtre des photos du corps ensanglanté de la victime sur les réseaux sociaux, accompagnées de messages dans lesquels il lui demandait pardon. Comme souvent quand une armée de comptes entreprennent de republier en masse ces contenus violents, les plateformes peinent à endiguer le phénomène. De très nombreux clichés étaient encore accessibles ce mardi.

De nombreuses zones d’ombre 

Tout comme le mobile du crime, la relation entre les deux protagonistes reste floue. Les enquêteurs pensent qu’ils se sont rencontrés sur Instagram deux mois avant le meurtre et ont commencé à s’écrire très régulièrement. Ils auraient même rencontré leurs familles respectives. Mais rien n’indique qu’ils sortaient ensemble comme certains l’écrivent. Une amie commune a d’ailleurs assuré au site internet Rolling Stone que leur relation était strictement “platonique”.

La famille de la jeune fille l’a décrite comme une “artiste talentueuse” qui, après avoir obtenu son baccalauréat, s’apprêtait à entrer à l’université à l’automne.

“Le sourire de Bianca a égayé nos vies, indique le communiqué transmis par la famille au New-York Times. “On se souviendra toujours d’elle comme de notre princesse.”

Lundi soir, Brandon Clark a été mis en examen pour “meurtre au deuxième degré”. L’équivalent en droit pénal américain de l’assassinat, c’est-à-dire du meurtre avec préméditation ou d’autres circonstances considérées comme aggravantes. Il n’est pas encore sorti de l’hôpital où il a été emmené après avoir tenté de se suicider.

Laisser un commentaire