En guerre contre les services sociaux depuis plus d’un an, Marie Dupont a décidé de passer à la vitesse supérieure en déposant plainte. En cause : des rapports selon elle mensongers qui ont conduit au prolongement du placement de sa fille.

Depuis plus d’un an, Marie Dupont se bat pour récupérer sa fille de 14 ans. Aujourd’hui, après une bataille judiciaire féroce, cette mère de famille originaire de Foix est épuisée. Sa fille a été placée en octobre 2017. Dans un foyer en premier lieu, puis dans différentes familles d’accueil en Ariège. Après avoir fait appel de la décision qui prolongeait son placement, la cour d’appel de Toulouse a finalement tranché : sa fille devra quitter l’Ariège pour être placée dans les Bouches-du-Rhône, département de résidence de son père.

Des rapports jugés «mensongers»

Pour la mère de famille, c’en est trop. «Toutes ces décisions de justice sont basées sur des rapports rédigés par l’aide sociale à l’enfance. Des rapports mensongers où on me décrit comme une mère toxique et violente», affirme-t-elle. Problème, Marie Dupont martèle n’avoir jamais eu la visite des services sociaux en question depuis plus d’un an. «Ce n’est pas faute d’avoir demandé. Mais on m’a jugée intrusive et on a décidé qu’il était impossible de travailler avec moi. En attendant, on écrit des rapports faux. Je veux bien entendre le manque de moyens mais je ne comprends pas comment on peut en arriver là.»

Des documents bien détaillés pourtant se retrouvent dans le dossier. La mère de famille y est décrite comme «violente», «qui aurait menacé sa propre mère», «manipulatrice», «intrusive» etc. Mais aussi sur la jeune fille qui «paraît livrée à elle-même». «C’est faux, je n’ai jamais été violente. Ils n’ont aucune preuve pour confirmer cela, rétorque Marie Dupont. Aucune expertise psychiatrique n’a été menée pour arriver à une telle conclusion. Pareil pour ma fille. C’est une adolescente lambda avec des problèmes de son âge mais qui n’est pas livrée à elle-même.» Des dires confirmés par la famille d’accueil où est actuellement accueillie la jeune fille. Décrite comme une adolescente joyeuse, elle aurait semble-t-il retrouvé un cadre dans cette famille ariégeoise. Alors à l’annonce du placement dans un autre département, c’est l’incompréhension. Pour tout le monde. Y compris pour la famille d’accueil qui avait fait connaître son souhait de garder la fille de Marie Dupont à son domicile.

Une plainte déposée au tribunal

Ce départ vers un autre département est très mal vu tant par la famille d’accueil que par la mère de la jeune fille. «Cela va être un véritable déchirement, elle sera loin d’un environnement qu’elle connaît et surtout de ses sœurs et de son frère», regrette la mère de famille.

Et c’est donc après cette annonce que Marie Dupont a décidé d’attaquer les services sociaux du département en justice. «J’ai déposé une plainte pour faux, usage de faux en écriture publique, diffamation et dénonciation calomnieuse, indique-t-elle. Et ce, contre les services sociaux et le président du conseil départemental. J’espère que cela va aboutir et qu’on va cesser de déchirer ma famille.»

Concerné par la plainte déposée, mercredi dernier, au tribunal de grande instance de Foix, le conseil départemental de l’Ariège s’est refusé à tout commentaire «conformément aux règles du secret professionnel qui a cours dans le cadre d’un tel dossier».

D’après la DPM

Laisser un commentaire