On tient sans aucun doute l’une des histoires les plus répugnantes de la journée et elle nous vient du Pays de Galles où un homme a décidé d’utiliser le bébé de sa compagne pour frapper cette dernière. L’enfant n’a malheureusement pas survécu.

C’est le Mirror qui rapporte l’histoire de Samantha George, une femme de 42 ans qui a vécu un véritable enfer il y a presque 20 ans. En effet, en 1999, dans la ville de Merthyr, son compagnon de l’époque Christopher Rees est entré dans une rage folle et a décidé d’utiliser son bébé de 8 mois pour la frapper. Malheureusement, le petit Bradley n’a pas survécu à cet épisode tragique. Il faut dire que la violence dont a fait preuve Christopher était extrêmement puissante. Le média britannique indique qu’il agissait sous l’effet de l’alcool et qu’il ne faisait preuve d’aucun contrôle.

Le Mirror explique qu’il a pris l’enfant par la jambe et l’a utilisé comme une arme pour frapper Samantha. Une fois qui l’en avait finie avec Samantha, il a décidé de frapper à plusieurs reprises la tête de l’enfant contre le mur d’une des chambres à coucher. Forcément, cela ne lui laissait quasiment aucune chance de survivre et le petit Bradley est décédé quelques heures après cet épisode de violence complètement hallucinant. 

Ajouté à ça, Christopher a frappé l’autre enfant de Samantha, âgé de 5 ans, avec un fer à repasser. Il a fini ensuite en mettant un coup de poing dans le visage à Samantha. Le média britannique indique que les deux individus étaient en processus de séparation et que Christopher ne supportait pas cette idée-là.

Finalement, après ce véritable cauchemar, les forces de l’ordre sont arrivées sur place et ont rapidement mis la main sur Christopher, raconte le Mirror. Ce dernier a été condamné à la prison en vie en 2000. Cependant, sa peine a été réduite à 18 ans en 2008 et depuis Samantha a peur qu’il décide de se venger ou qu’il fasse subir ce genre de traitement à une autre femme. Elle explique qu’elle est complètement traumatisée par cette histoire et qu’elle ne peut pas s’empêcher d’y penser. Malheureusement, cela devrait la hanter pour le reste de ses jours.

Laisser un commentaire