Disparition d’Estelle Mouzin: la demande de dépaysement de l’enquête a été acceptée

La cour de cassation a accédé à la demande des avocats du père d’Estelle Mouzin de dépayser l’enquête sur la disparition de la fillette. Jusqu’alors instruite à Meaux, elle le sera désormais à Paris.

Favoriser la manifestation de la vérité”. La Cour de cassation a accédé à la demande de dépaysement de l’enquête sur la disparition en 2003 d’Estelle Mouzin. Jusqu’alors instruite au tribunal de Meaux, elle le sera alors au tribunal de Paris, a appris l’AFP auprès de sources concordantes.

La demande avait été formulée par la procureure générale de Paris qui relayait un avis de la juge d’instruction en charge de l’enquête sur le meurtre de deux autres femmes impliquant Michel Fourniret. Il y a quelques semaines, dans son bureau, Monique Olivier, l’ex-femme du tueur, avait évoqué la disparition d’Estelle Mouzin. Mais la magistrate n’avait pas pu poser d’autres questions, n’instruisant pas ce dossier.

Quelques jours après Monique Olivier, au mois de mars, de cernier a évoqué la disparition d’Estelle Mouzin. “Il faudrait creuser pour la trouver”, lance-t-il avec sa perversité habituelle lors d’une audition devant la juge d’instruction parisienne, avant de se murer dans le silence. La juge d’instruction avait alors évoqué une demande de dépaysement du dossier, relayé par la procureur générale de la Cour de cassation. Toutes les parties, et notamment les avocats du père d’Estelle Mouzin, avaient soutenu cette requête.

Laisser un commentaire