C’est jeudi matin que l’homme de 32 ans a été conduit au palais de justice de Sherbrooke pour être accusé de voies de fait et de bris de conditions.

Tout a débuté dimanche lorsque Marc-Antoine Vachon aurait bousculé son ex-conjointe à son domicile. C’est le lendemain que Vachon a été arrêté, puis celui-ci a été libéré après s’être engagé à comparaître et à respecter certaines conditions.

Or, moins de deux heures après sa libération, Vachon retournait son ex-conjointe et après avoir menacé celle-ci, l’ex-conjoint allait se faire arrêter par la police pour ensuite passer la nuit suivante en prison.

Le juge a toutefois décidé de le libérer suite à sa comparution.

Mais les ennuis de Vachon avec la justice n’allaient pas s’arrêter là, car la police allait à nouveau croiser son chemin dans la nuit de mercredi jeudi alors qu’il se trouvait une fois de plus chez son ex-copine.

Samuel Ducharme, du Service de police de Sherbrooke, explique: “On est appelés à intervenir alors qu’il est à nouveau violent avec elle. On se rend sur place en fin de soirée et, vers 1h du matin, l’individu va être arrêté alors qu’il se sauvait par le balcon du 4e étage.”

L’arrestation de Vachon a été plutôt musclée cette fois-ci, étant donné que l’homme a tenté de résister aux agents et que ceux-ci ont dû utiliser du poivre de Cayenne. 

Lors de l’année 2018, la ville de Sherbrooke rapporte avoir reçu le signalement de 150 cas de violence conjugale impliquant des voies de fait.

Laisser un commentaire