Il utilise une scie pour ouvrir le crâne de son ex avant de cuire et manger son cerveau

Parfois, on se demande ce qui peut bien se passer dans la tête des gens et c’est exactement ce qu’on se demande avec cet homme d’une trentaine d’années qui a utilisé une scie pour ouvrir le crâne de son ex petite amie avant de cuire et manger son cerveau. Oui, vous avez bien lu.

C’est le Mirror qui rapporte l’histoire de Joseph Oberhansley, un homme de 38 ans qui a commis l’irréparable à Jeffersonville dans l’État de l’Indiana aux États-Unis. En effet, il a décidé d’utiliser une scie pour ouvrir le crâne de son ex-petite amie de 46 ans avant de cuire et manger son cerveau. Oui, vous avez bien lu. On se croirait dans une scène digne des plus grands films d’horreur américains. Le média britannique indique qu’il aurait également mangé une partie de son coeur ainsi qu’une partie de l’un de ses poumons.

Le plus fou dans cette histoire, c’est que Joseph Oberhansley nie totalement les faits, raconte Le Mirror. En effet, le média britannique indique que les autorités n’ont pas retrouvé la scie électrique qui a servi à ouvrir le crâne de son ex petite amie et que pour lui, cela est une raison suffisante pour ne pas être reconnu coupable. Cependant, son dossier criminel ne plaide pas en sa faveur. En effet, il a été reconnu coupable de violence plusieurs fois et en plus envers des femmes.

Ainsi, le Mirror explique qu’il aurait tué par accident avec une arme à feu sa petite amie de l’époque en 1998. Il s’agit d’une histoire de jalousie qui a mal tourné qui a coûté la vie à une jeune femme de 17 ans, mais lui s’en est sorti miraculeusement. Il aurait également tiré dans le dos de sa mère en plus de tirer sur sa soeur. Force est de constater qu’il a des problèmes avec les femmes qu’il aime. Avec ce dossier criminel bien épais, il y a peu de chance que le tribunal se montre indulgent.

D’ailleurs, le Mirror explique que son procès débutera le 19 juillet prochain. S’il est reconnu coupable, Joseph Oberhansley risque la prison à vie. Il faut dire qu’on ne voit pas la justice américaine mettre une peine plus clémente pour ce genre d’atrocités.

Laisser un commentaire