Et vous, comment réagiriez-vous si vous étiez témoin d’une conversation malsaine entre un père abuseur et sa fille? Que feriez-vous dans une telle situation? Intervenir? Appeler la police? Mettre la jeune fille à l’abri? Ces questions, la chaîne Youtube “Would you React”, les pose au travers d’une nouvelle expérience sociale tournée en mai dernier sur la terrasse d’un café.

Le scénario est le suivant. Un papa pédophile est assis avec sa fille à la terrasse d’un café. L’individu tient des propos extrêmement choquants et scabreux face à la fillette mal à l’aise, désemparée, terrorisée même. La conversation est complètement malsaine et laisse penser qu’il s’agit d’un cas de pédophilie intrafamiliale. A côté se trouvent plusieurs témoins de la scène, interpellés et scandalisés. Une fois que le père s’en va aux toilettes, la fillette en profite pour trouver refuge chez d’autres personnes et leur explique que son père “la touche et qu’elle n’aimait pas ça”.

Comment réagissent les gens à ce moment-là? Tous font preuve d’une véritable empathie envers la victime. Une dame emmène la fillette pour la mettre en sécurité dans une école et prévient la police. Ensuite, un homme intervient, apostrophe le père pédophile et prévient les services de police. A chaque fois, les témoins interviennent d’une façon ou d’une autre face à la détresse de la fillette.

“Pour nous, vu le sujet, il était primordial de l’aborder avec beaucoup de sensibilité, de bienveillance et d’humanité”, nous confie Jonathan Lambinet, réalisateur-producteur de “Would you react”. “Nous pensons avoir réussi à en faire une belle vidéo de sensibilisation tout en observant comment la société faisait face à ce problème-là. Les réactions des citoyens piégés sont absolument surprenantes”, prolonge-t-il.

Pour réaliser cette expérience sociale, la chaîne WYR s’est appuyée sur les conseils d’un spécialiste, le thérapeute familial et membre de SOS Inceste Belgique Jean Claude Maes. “Quand on est confronté à l’inceste, on a du mal à y croire et on ne sait pas comment on doit faire. Celui qui ne dénonce pas le crime est complice du crime. Donc, c’est grave de ne rien faire”, analyse-t-il en conclusion.

Laisser un commentaire