Australie: Un beau-père viole ses belles-filles dès l’âge de 8 ans et en met une enceinte

En effet, en Australie, un beau-père a violé ses belles-filles à de multiples reprises et en a mis une enceinte. 

C’est le Daily Mail qui rapporte l’histoire de ce beau-père australien d’une quarantaine d’années qui ressemble à la vie d’un personnage de film d’horreur. En effet, il a fait souffrir de nombreux enfants au cours des dernières années. Il y a eu tout d’abord des abus sexuels extrêmes sur une fille de 8 ans. On parle notamment de fellations forcées et de menace de mort au cas où elle décidait de parler de ce qu’il lui faisait subir. Par la suite, sa relation avec la mère de l’enfant s’est arrêtée et il s’est mis en quête de nouvelles victimes.

En effet, le Daily Mail explique qu’il s’est mis dans une nouvelle relation avec une femme qui a deux jeunes filles. Il décide donc de reprendre ses bonnes vieilles habitudes et d’abuser sexuellement de ces deux enfants en les menaçant de leur faire du mal si elles décidaient de le dénoncer. Malheureusement, il va mettre l’une d’entre elles enceinte et le plus grave dans cette histoire c’est qu’elle va garder l’enfant. C’est environ à cette période que les autorités commencent à s’intéresser aux agissements de cet homme bien mal attentionné.

Au début, il niait complètement les faits en disant qu’il n’aurait jamais fait une chose pareille, raconte le Daily Mail. Cependant, au fur et à mesure que l’enquête avançait, les jeunes filles qui se sont fait abuser sexuellement ont commencé à raconter ce qui leur était arrivé. Les témoignages étaient tellement édifiants qu’il n’en fallait pas plus pour arrêter le beau-père. Il parait qu’il refusait de nourrir une de ses belles-filles avant qu’elle accepte de lui faire des faveurs sexuelles.

Le Daily Mail explique que le verdict de son procès a été rendu le 19 juillet dernier. Il a été sanctionné à 18 ans de prison pour tout ce qu’il a fait subir à ces jeunes filles. Le juge a déclaré qu’il était un véritable danger pour les femmes, elle l’a même qualifié de prédateur. En espérant que son séjour derrière les barreaux lui fasse réfléchir à ce qu’il a fait.

Laisser un commentaire