Deux enfants âgés de 6 ans et 5 ans, le frère et sa soeur, ont été retrouvés morts, dans la campagne, sur la commune de Beaucaire  Des cadavres découverts alors que le père de famille blessé à côté de ses enfants, était recherché pour “disparition inquiétante” depuis quelques heures.

Samedi soir, les policiers municipaux et nationaux de Beaucaire sont remontés jusqu’au chemin du Calvaire par les analyses de la téléphonie du père de famille. De nuit, ce petit axe secondaire est très peu emprunté. Lorsque les policiers sont arrivés à proximité d’une énorme Croix, les deux petits corps d’enfants étaient à terre… Il n’y avait plus rien à faire pour la fratrie… Le père a proximité était inconscient et a été pris en charge par les secours. Il a été emmené à l’hôpital avant d’être placé en garde à vue où il se trouve ce dimanche après-midi.

Ce dimanche le procureur de la république de Nîmes, Eric Maurel, fait le point sur l’enquête et explique :” Le 3 août 2019, les services de police de Beaucaire étaient informés de la disparition de deux enfants mineurs et de leur père dans un contexte de séparation conjugale. Avisés vers 19h00, les services du procureur de Nîmes ordonnaient différentes mesures de recherche, dont l’inscription au Fichier des personnes recherchées des deux enfants, nés respectivement en 2012 et 2013, et du père ainsi que la géolocalisation du téléphone de ce dernier,  affirme le procureur Eric Maurel.” Le père, exception faite d’une infraction au code de l’urbanisme, n’avait aucun passé judiciaire. Vers 21 heures, samedi, le parquet était informé des résultats positifs de la géolocalisation.A 22 heures, assistés de policiers municipaux de Beaucaire, les policiers nationaux découvraient les enfants et le père sur la commune. Le décès des deux enfants était immédiatement constaté. L’état du père justifiait son hospitalisation en urgence.Les constatations de police technique et scientifique ainsi que l’examen médico-légal sur les lieux du drame permettaient d’envisager un acte criminel. Le parquet saisissait le SRPJ de Montpellier de l’enquête pour assassinats. Depuis, le père a été placé en garde à vue mais a du faire l’objet d’examens médicaux complémentaires. Il n’a pas pu être utilement entendu. La mesure de garde à vue sera prolongée. Les autopsies des victimes auront lieu lundi.La mère fait l’objet d’un soutien psychologique et le parquet a requis l’association d’aide aux victimes AGAVIP pour lui porter aide et assistance.

Laisser un commentaire