Michel Amas, avocat dont la renommée depuis quelques semaines provoque les foudres au sein de certains tribunaux de France revient à la charge pour la seconde fois.

L’avocat a décidé d’aider des familles en dénonçant par l’intermédiaire des réseaux sociaux, les différentes incohérences du système civil notamment en matière de protection de l’enfance et plus particulièrement la fonction du juges des enfants.

“Je continue de dénoncer ce qui se passe dans les cabinets des juges pour enfants ” s’exprime-t-il.

Le métier du Juge des enfants et ses contradictions mais surtout son pouvoir et ce manque d’humanité.

C’est cela qui a provoqué l’indignation de ce conseil.

Michel Amas dénonce par une seconde vidéo, la situation d’une mère de famille qui venait d’accoucher et qui au bout de trois jours se voit placer son enfant alors qu’il vient de naître. Précédemment suivi par les services sociaux à la suite d’une séparation difficile. La mère verra confier l’enfant à l’aide sociale à l’enfance, sans raison dit-il.

Michel Amas a donc pris à bras le corps cette situation qui est pour lui comme pour d’autres parents “une honte de notre institution judiciaire”. Le placement a lieu, la mère est privée de son enfant, qui est donc placé à l’aide sociale à l’enfance. Selon nos informations, un enfant placé rapporte environ 7500 euros par mois …

La mère avec l’aide de Michel AMAS décide de faire appel de la décision de placement. Seulement incohérence, et totale indifférence judiciaire : l’appel aura lieu dans 7 mois, mais la fin de la mesure prend fin dans 6 mois. L’appel est donc inefficace. Les droits de la mère de famille se retrouve donc dépourvues de moyens censés et bien comme souvent bafoués.

Michel Amas se questionne donc…

Comment la justice fonctionne…

Comment pouvons-nous en 2019, continuer à rester dans le silence d’un vide judiciaire, et d’une incohérence telle que la situation de cette mère qui se répète pour tant d’autre parents sans bouger.

Michel Amas souhaite donc changer les choses, par ce biais il espère faire changer la loi, et peut-être enfin voir réformer tout le système judiciaire et principalement la protection de l’enfance.

— Le plus de la Rédaction —

Mais pour d’autres parents comme pour Noël et Mélissa, leur force a fait plier le Juge des enfants. Leur histoire touchante, notre rédaction l’avait relayé ici et en direct.

En France les lois sont pourtant bien faites mais simplement elle ne sont pas appliquées.

73 % des placements sont abusifs car l’ Article 375-3 du code civil indique que le Juge des enfants peut décider de placer l’enfant mineur en centre d’accueil ou a un service départemental de l’aide sociale à l’enfance qu’en dernier recours.

Or, et le plus souvent le placement sera la destinée de l’enfant mineur.

Pourtant le plus souvent possible l’enfant pourrait être rendu à sa famille ou aux ascendants… mais cette spirale infernale de la protection de l’enfance renferme probablement des secrets bien fermés… à moins qu’un juge des enfants soit digne d’une incompétence qui dépasse probablement l’humain… pour agir ainsi.

Laisser un commentaire