Morte de la Grippe : Les parents de Lissanna veulent la vérité.

Source Le Parisien

Ils sont en colère contre le Samu qui a refusé de se déplacer pour une grippe. Ils le veulent le faire savoir en faisant appel au médias.

Nos confrères du Parisien ont rencontrés sur place les parents de la jeune fille décédée. Un témoignage qui leur laisse aujourd’hui la douleur immense de la perte de leur petite fille.

Elle s’appelait Lissana, elle avait 3 ans. Le 30 janvier, cette petite fille a été emportée par une grippe à l’hôpital d’Aix-les-Bains. Un médecin a alors évoqué « la fatalité ». Ce qui provoque aujourd’hui la colère de la famille de Lissana, qui a décidé de porter plainte, estimant que le Samu a commis une terrible erreur en ne se déplaçant pas pour venir porter secours à l’enfant. Brisés par ce drame, Céline et Franck, les parents de Lissana, n’ont pour l’instant pas la force de s’exprimer. Alors ce sont les deux grands-pères de la fillette, Patrick et Philippe, qui prennent la parole, en leur nom.

« Le dimanche 28 janvier, Lissana a eu de la fièvre dans la matinée. Sa température est montée jusqu’à 40 oC. Son père et sa grand-mère paternelle l’ont emmenée à la maison médicale d’Aix-les-Bains, située dans l’hôpital. Un médecin a diagnostiqué une grippe. Il a prescrit des suppositoires et de l’Advil pour faire descendre la température. Il a dit qu’il ne fallait pas s’inquiéter, que dans trois jours tout irait mieux », explique Patrick, le grand-père paternel.

Dimanche après-midi, la température de l’enfant reste élevée (de 40 oC à 41 oC). Vers 18 heures, Céline, la mère de Lissana, récupère sa fille (les parents de l’enfant sont séparés). Lundi matin, après une mauvaise nuit, Lissana a toujours beaucoup de fièvre. En fin d’après-midi, elle a du mal à respirer. Lissana a déjà souffert de bronchiolite. Sa mère lui donne donc un traitement à base de Ventoline.

L’état de la fillette s’est dégradé rapidement

Dans la nuit de lundi à mardi, l’état de la fillette s’aggrave. « Lissana était dans un état semi-comateux. Elle avait le regard perdu, la respiration haletante, des vomissements, de la diarrhée. » A 2 h 38, sa mère a appelé le 15. Un médecin du Samu lui a alors dit : « Il n’y a pas de notion d’urgence. Rappelez-nous demain matin », explique Patrick, ulcéré. « Je ne sais pas à quoi sert le Samu. S’il ne se déplace pas dans ces cas-là, quand se déplace-t-il ? » clame ce grand-père. « Nous sommes allés chercher nous-mêmes notre petite-fille Lissana pour la conduire avec sa mère à l’hôpital d’Aix-les-Bains. On est arrivés vers 3 heures. Une heure plus tard, Lissana est décédée, sous les yeux de sa mère et de sa grand-mère », confie Philippe, le grand-père maternel, avant de conclure : « Bien sûr que le Samu aurait dû se déplacer. On est obligés de porter plainte si nous voulons savoir la vérité. On doit ça à notre petite-fille qui était toujours joyeuse, pleine de vie. » Pour Patrick, « Lissana n’aurait jamais dû mourir.

J’ai la haine. Une enfant de 3 ans ne peut pas décéder de la grippe en 2018. Il y a eu obligatoirement de la négligence et du laxisme. » Contactés, le Samu et l’hôpital se sont refusés à tout commentaire.

Source le Parisien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.