L’horreur absolue : il viole et démembre son ex, avant de manger ses organes

C’est une affaire sordide et aux descriptions insoutenables que le tribunal de Jeffersonville (Etats-Unis) doit actuellement juger. Il s’agit de l’affaire Joseph Oberhansley, du nom de cet américain accusé d’avoir tué son ex-compagne en 2014. Un fait-divers horrifiant puisque l’horreur ne s’était pas arrêtée au simple meurtre.

« Joseph Oberhansley a massacré Tammy Blanton comme vous ne le feriez même pas avec un animal d’élevage », résume d’ailleurs le procureur Jeremy Mull lors du procès. Car le 11 septembre 2014, la jeune femme a subi l’enfer de la part de l’homme qu’elle avait fréquenté quelques mois auparavant et avec lequel elle avait brièvement emménagé.

Sauf que Jospeh a très mal vécu la rupture au point que Tammy avait été contrainte de changer les serrures de leur domicile. Le 11 septembre, l’homme avait néanmoins réussi a s’introduire dans la maison. Si la jeune femme avait tenté de se protéger en s’enfermant dans la salle de bain, son futur meurtrier avait réussi à forcer la porte.

Lors de son interrogatoire, Jospeh Oberhansley a déclaré que Tammy « n’avait pas l’air si effrayée, étrangement. Comme si elle savait ce qui allait arriver ». « Dans ses derniers instants, elle n’avait aucune intention de lui donner le plaisir de la voir effrayée », explique de son côté le procureur. Le corps de Tammy a finalement été retrouvé dans la baignoire par la police. Celui-ci était démembré, recouvert d’une tente de camping C’est le corps démembré au moins 25 blessures par arme blanche et des blessures contondantes sur la gorge, le cou, le nez, la bouche, les lèvres, les doigts et le thorax. Le meurtrier a ensuite mangé son cœur et une partie de sa cervelle et de ses poumons.

Actuellement jugé, Joseph Oberhansley risque la prison à vie. Il ne sera cependant pas condamné à la peine de mort après avoir accepté un accord avec la justice stipulant que ses avocats ne plaideraient pas la folie au cours de son procès. Malgré cela, ses avocats ont évoqué l’état mental de leur client au début du procès, se questionnant sur le fait qu’une « personne qui mange le cerveau et le cœur de son ex-compagne puisse penser clairement ».

Joseph Oberhansley a d’ailleurs affirmé en début de procès : « Le procureur sait que je ne suis pas coupable, c’est pour ça qu’il n’a pas retenu la peine de mort. Ce sont deux mecs noirs qui ont pénétré dans la maison et ont tué Tammy ».

Laisser un commentaire