Incroyable mais vrai : Son père la perd dans un train quand elle avait 4 ans, elle le retrouve 20 ans plus tard

Perdue par son père à bord d’un train en 1999, la fillette devenue adulte a retrouvé la trace de ses parents qui n’avaient jamais perdu l’espoir de la retrouver mais qui ont longtemps été suspectés de l’avoir tuée.

Les nouvelles technologies auraient pu permettre de voir ces retrouvailles survenir bien plus tôt. Mais en 1999, les réseaux sociaux n’existaient pas encore et internet n’était pas encore ce qu’il est aujourd’hui. À l’époque, la petite Yulia, une Biélorusse de quatre ans, voyage à bord d’un train reliant la capitale Minsk à Assipovichy avec son père, Viktor. Ce dernier s’endort durant le trajet de 100 kilomètres et, cauchemar absolu, sa fille a disparu à son réveil. 

Parents suspectés

Des opérations de recherche sont engagées, mais ne donnent rien. Les gares et environs sont fouillés en vain. Les parents font tout pour retrouver l’enfant eux-mêmes mais sa trace semble définitivement perdue. La police finit même par soupçonner le couple traumatisé de s’être débarrassé de la fillette. Ce n’est qu’en 2017 que le “cold case” est rouvert et que les parents sont blanchis grâce au polygraphe. Mais du côté de l’enquête, la police patine toujours: nul ne sait ce qu’est devenue Yulia. Le spectre de l’enlèvement se précise car la fillette aurait été vue avec un couple peu après sa disparition. 

Avis de disparition de Yulia, 4 ans en 1999 © Police of Belarus

“On ne supportait plus de voir des trains ou des rails”

En réalité, en 1999, la fillette est retrouvée à près de 900 kilomètres d’Assipovichy, à Ryazan, en Russie. Mais la communication de la police entre les deux pays est désastreuse et on ne fait pas le lien entre l’enfant retrouvée et celle recherchée par un couple à Assipovichy. Tandis que les parents, brisés, ne savent pas encore qu’ils seront sans nouvelle de leur fille durant 20 ans, Yulia est placée en foyer puis à l’adoption. Viktor et son épouse Lyudmila ne supportent plus de vivre dans la maison vide sans leur fille ni de voir des trains. Ils déménagent. “C’était au-delà de tout ce qu’il y a de plus atroce”, résument-ils.

Un petit ami providentiel

Devenue adulte, alors que ses souvenirs d’enfance sont confus, Yulia raconte à son nouveau petit ami qu’elle a voyagé avec un couple mystérieux dans un train avant d’être retrouvée par la police. Elle ne sait pas ce qui s’est réellement passé, mais elle suppose avoir perdu son chemin ou avoir été enlevée. Ses propres recherches ont toujours été vaines et elle n’a jamais découvert la vérité sur ses origines. Ylia, 31 ans, se met en tête de découvrir ce qui est vraiment arrivé à sa compagne, aujourd’hui elle-même maman. Il épluche sur internet tous les avis de disparition remontant à la fin des années nonante et découvre soudain une histoire survenue en Biélorussie et qui pourrait correspondre à celle de Yulia.

Test ADN

Il montre les articles à la jeune femme, qui éclate en sanglots. Au fil des paragraphes en effet, elle se souvient de son père, du voyage, de la séparation d’avec lui. Cette petite fille qu’un couple recherche sans doute depuis 20 ans, c’est elle. “Tant de faits décrits étaient similaires à ce que j’avais vécu, mes larmes ont commencé à rouler sur mes joues”, explique-t-elle. Rapidement, contact est pris avec Viktor et Lyudmila Mooiseeko et un test ADN est organisé. Yulia est bien leur fille. Le couple de quinquagénaires vit un rêve éveillé, il a rendez-vous avec Yulia dans un commissariat. La mère prend sa fille sur ses genoux, comme si elle avait toujours quatre ans. “Au début, nous n’arrivions même pas à parler, nous avons passé des heures à pleurer dans les bras les uns des autres”, confie Yulia à la presse locale. Ensemble, ils échangent et se racontent leurs vies jusqu’au milieu de la nuit. Elle revoit également enfin sa soeur et rencontre ses nièces.

“Mon père m’a suppliée de lui pardonner”

Viktor supplie sa fille de lui pardonner sa négligence qui a bouleversé leurs vies à tous. “Bien sûr que je lui pardonne. Nous sommes ensuite allés jusqu’à la gare où j’ai disparu. Alors que nous marchions, nous étions tous en larmes”. Yulia et Ylia sont ensuite rentrés chez eux, auprès de leur fille. 

Laisser un commentaire